Talentueux oisif ! – Part 2

Sans emploi : Jibé, l'interview !
Hier, nous vous présentions Sans Emploi, le webcomic de Jibé et comme promis à la fin de la chronique, nous vous proposons aujourd'hui son interview ! Rien que ça et rien que pour nous. Merci encore à Jibé ! IDDBD : Bonjour Jibé, tu es l’auteur du blog Sans emploi que nous avons présenté hier. Peux-tu nous parler un peu de toi et de l’historique de ton blog ? Jibé : Bonjour IDDBD ! Je vais essayer de me présenter au mieux, même si je ne trouve cet exercice très évident… je m’appelle donc pas vraiment Jibé mais presque, j’ai entre la vingtaine et la trentaine d’année et j’habite en France… Ma bédé Sans emploi a commencé en août 2005, et depuis je m’efforce de tenir mon blog bédé à jour. IDDBD : Je cite la phrase de présentation du blog : «Quand on a pas de boulot, pas la motivation, que tout
parait inerte autour de soi, mais qu'on garde le sens de l'humour, il reste la bédé.» Avoue que c’est assez terrible comme constat ! En même temps c’est très représentatif de l’esprit de Sans emploi. Alors, dis-nous tout : Sans emploi c’est autobiographique, c’est une thérapie moins chère que 20 ans de séances chez le psy ou simplement une façon déguisée de se moquer de cette belle société qui est la nôtre ?
Jibé : Le constat est terrible, certes, mais il colle assez bien à l’état d’esprit dans lequel j’ai commencé cette histoire. Comme vous vous en doutez, Sans emploi part d’une expérience personnelle : une assez grande période de chômage a eu raison de mes illusions d’étudiant devenu jeune chercheur d’emploi. Comme pour exorciser cela, j’ai redigéré tout ça sur papier, sous la forme d’un personnage encore plus minable, faible et lâche que moi à l’époque (fallait le faire). J’avais besoin de cet alter-égo qui réussissait encore moins bien que moi, afin que je ne me dévalorise pas trop. Mieux vaut en rire que de s’en foutre, comme le dit si bien le grand Didier Super. Alors oui, au départ c’était une sorte de thérapie, puis ça a évolué vers une légère critique du monde et des gens en général. Mais je me garde bien de faire la morale à qui que ce soit. Pour en revenir à la petite phrase d’intro du blog, elle va bientôt être légèrement modifiée pour mieux coller au développement de la bédé… IDDBD : La question récurrente : Quels sont tes grands "maîtres" ? Jibé : Plutôt que de faire une liste d’auteurs longue comme le bras, et qui n’aurait pas beaucoup de sens, je
vais me contenter de n’en citer que quelques uns. En ce qui concerne directement Sans emploi, il y a deux influences majeures : Franquin et Matt Groening. Le premier pour l’illustre et inégalable Gaston, le premier vrai anti-héros, le grand frère rêvé de Constantin en quelque sorte (enfin, j’aimerais bien…), et le second pour les non-moins célèbres Simpson et Futurama, où j’aime l’humour souvent absurde et le rythme général de l’histoire. Ces influences revêtent moins une influence graphique pure qu’une façon d’écrire une histoire, de mettre en place un univers et des personnages bien campés. J’aimerais avoir ne serait-ce que le centième de leur talent. Je les respecte énormément. Pour les influences plus graphiques, je citerai Trantkat, alias Kévin Hérault, le dessinateur de la série HK, et Yukito Kishiro, mangaka de Gunnm. Ça n’a certes pas grand chose à voir avec Sans emploi, et leur influence ne s’y retrouve presque pas, mais j’aime leur façon de concevoir leur dessin. Je rêve de dessiner un jour un récit à la hauteur de ces deux auteurs. De façon plus diffuse, j’aime bien d’autres auteurs, comme le tandem Larcenet/Ferri (même prit séparément), Naoki Urasawa et son génial 20th Century Boys, Edika pour l’absurde (et toute la bande à Fluide Glacial des années 90), ou encore Masamune Shirow.
IDDBD : Sur IDDBD, on essaye de tenir le rythme d’une chronique par jour et ce n’est pas toujours simple. Tu en es à ta 4e saison de « Sans emploi ». Peux tu nous expliquer quelle est ta recette ? Jibé :
L’alcool et le crack. Mais surtout les pauses ménagées entre les saisons, qui peuvent s’étendre jusqu’à 6 mois. Au début, j’ai écrit au jour le jour, jusqu’à ce que je me rende compte que ce n’était pas viable à long terme d’écrire une bédé comme cela. Sans emploi n’est pas à proprement parler un blog bédé, mais plutôt un webcomic… même si dans mon cas, la frontière est floue, surtout dans les débuts. Quoi qu’il en soit, Sans emploi me demandait tout de même un effort d’imagination et de scénarisation sur le moyen terme, chose que je n’aurais probablement pas eu à faire si je m’étais contenté de raconter que j’avais mangé une pomme (75% des blogs bédé). Du coup, pour les saisons suivantes, j’ai pris une grande feuille et écrit les grandes étapes de la saison à venir. Et plus ça va, plus j’écris à l’avance. Au début de la saison 4, j’avais jusqu’à deux semaines d’avance sur la parution… avance qui a fondu comme neige au soleil, mais j’essaie de garder le rythme, ce qui n’est pas évident. Cela se voit quand j’ai moins d’inspiration, mais c’est la règle du jeu.
IDDBD :
Toi qui viens de la « blogosphère », penses-tu que pour les jeunes auteurs les blogs BD soient une (voire l’unique) solution pour sortir du flot ?
Jibé : Avant même la blogosphère, je viens du fanzinat. J’ai participé à tout un tas de publications, il y a quelques années de ça, lorsque j’étais encore jeune et chevelu. Le système fanzinat a, sinon vécu, au moins prit un sérieux coup dans l’aile, avec l’apparition des blogs bédé. C’était encore un système plus ou moins efficace pour se faire un nom dans le cercle fermé des initiés, et peut-être prétendre à une place d’auteur chez un éditeur. Le blog bédé a un peu remplacé ce système, en facilitant la parution de jeunes auteurs. Finis les coûts de production, plus de factures de reprographe hallucinantes, plus de distribution confidentielle par correspondance ou en convention : le web a libéré le fanzinat de ses plus lourds travers. Le blog bédé est une vitrine parfaite, et en ce sens, ça peut permettre à certains de sortir du lot. D’ailleurs, à lire certains sites, c’est même le but premier. D’une manière générale, ce que je trouve génial, c’est que le gus de 16 ans qui pond des mangasses sera logé à la même enseigne que Maester, par exemple. La république des blogs à cela de formidable qu’elle met tous les auteurs sur un pied d’égalité, qui plus est directement en face de leur public. Pas de tête de gondole, pas de tirage collector, pas de réseau de distribution inégaux, juste une URL. Au final, les plus populaires sont presque ceux qui le méritent le plus, parce qu’ils combinent tout un tas de paramètres comme un graphisme
alléchant, une bonne cadence de parution, une constance dans la qualité de la production et un minimum de contact avec son public. C’est vraiment pas évident de mener tout cela de front, l’exercice est probablement plus difficile de faire un excellent blog bédé qu’une bédé tout court.
IDDBD :
Quelle est l’actualité et le futur de Sans Emploi ?
Jibé :
L’actualité de Sans emploi, c’est la saison 4 encore en cours. Ça représente pas mal de boulot, mine de rien, parce que j’ai décidé de ne plus trop dessiner Sans emploi à l’arrache. Suffit de comparer les premières saisons à l’actuelle. Je prends plus de temps pour soigner l’aspect graphique de la chose, j’espère ne pas trop dénaturer ni renier l’esprit des débuts. Pour le futur, la saison 5 est déjà écrite. Elle reprendra la même forme que la saison 3, à savoir un récit complet, plus conventionnel qu’une série de strip. Elle est censé boucler un cycle. Et encore plus loin, il y aurait une éventuelle saison 6 à laquelle j’ai commencé à réfléchir sérieusement. Il y aura probablement pas mal de changements à cette occasion, sur le fond et dans la forme. Je viens de me rendre compte que ça fait très sérieux et planifié tout ça. Le plus dur est de garder l’aspect spontané, je suppose…
IDDBD :
Et pour toi ? Du boulot ? (bon je sais elle est facile). Bref, des souhaits ou des projets secrets à dévoiler ?
Jibé : Du boulot oui, j’en ai. D’ailleurs, ça n’arrête pas d’étonner les gens qui me posent la question. Certains n’ont pas fait le distingo entre l’auteur et la bédé, mais c’est le lot des blogs bédé, j’imagine. Comme je l’ai dit plus haut, Sans emploi est plus un webcomic, et même si certaines situations ou personnages sont véridiques, cela reste romancé et scénarisé… Des souhaits et des projets, j’en ai plein, mais j’ai l’impression qu’à force d’en parler, rien ne se passe. Motus, donc. Et je ne suis pas superstitieux. Ca porte malheur. IDDBD : Pour finir, et comme on aime bien donner notre avis, quel(s) album(s) nous conseilles-tu en ce
moment ?
Jibé :
Le masque tombe : je ne lis pas beaucoup de bédé. On pourra reprendre les séries des auteurs que j’ai cité, dont leurs nouveautés, mais je n’ai pas de vision sur l’actualité… reste que je lis un bon paquet de blog bédé, par le truchement de blogsbd.fr, que ces derniers mois j’ai bien aimé Catsby, le dernier Combat Ordinaire de Larcenet, les vieux Sattouf dont le Retour au Collège, les rééditions de HK (même si le dernier date un peu… tu fous quoi Trantkat ?), les premiers Monsieur Jean et De Gaulle à la plage de Ferri (un des rares génie du strip français).
IDDBD :
Merci  pour tes réponses
Jibé :
Merci pour tes questions !
Bon, un gars qui prend comme références Matt Groening, Franquin et qui considère Jean-Yves Ferri comme un génie (on est bien d'accord) ne peut pas être foncièrement mauvais, non ? En tout cas, merci encore pour cette interview et bon courage pour les saisons 5, 6 etc...
Bonus musical : un petit Didier Super ?

 

Une réflexion au sujet de « Talentueux oisif ! – Part 2 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *