Retour au lagon bleu…

Sept pirates (scénario de Pascal Bertho, storyboard de Jérôme Lereculey, dessin et couleurs de Tim McBurnie, collection 7, éditions Delcourt, 2007) Allez, ça faisait longtemps qu'IDDBD ne vous avait pas emmené au cinéma. Mais si, vous savez bien qu'on aime bien de temps en temps vous tirer par la manche, vous mettre votre plus beau pardessus et vous traîner jusqu'au cinoche du quartier, oui, celui du bas de la rue, pour la dernière séance... Ca nous rappelle les films de notre enfance, ceux qui commençaient par un lion rugissant et se terminait par les fameuses lettres THE END. Sept pirates est de cette veine là, même si c'est une bande dessinée. Elle vous donnera l'impression que les lumières s'éteignent autours de vous, que les gorges finissent de se racler et que le papier du sac de bonbon va tout à coup arrêter de se froisser. Le générique démarre. Vous voilà au XVIIIème siècle sur une île déserte des Caraïbes en compagnie de trois Frères de la Côte qu'il vaut mieux avoir de ce côté de l'écran que calés dans les sièges alentours. Puis vous voilà propulsés dans une taverne anglaise où un jeune clerc de notaire cherche à recruter un équipage de marins éprouvés. L'aventure commence... Vous embarquez pour un voyage qui vous mènera à travers l'Atlantique à la recherche du fabuleux trésor de Flint. Pas celui de l'ïle au Trésor, qui a déjà trouvé preneur, mais le deuxième trésor de Flint. Ce sont les mêmes compagnons que ceux du roman de Stevenson que vous cotoierez à nouveau. Ils ont tous pris un peu de bouteille (certains au sens littéral du terme). Mais ils sont tous là : Jim, le docteur Livesey, Chien Noir, Gunn et les autres. Sept en tout si l'on compte le petit Bjorn. Sept pirates pour une fabuleuse aventure : le retour sur L'ïle au Trésor ! Mais le générique approche déjà, l'aventure se termine après de rebondissantes péripéties, les lettres THE END emplissent l'écran. Les lumières se rallument. Rien ne vous empêche de les éteindre à nouveau et de repartir en mer avec vos Sept pirates. Vous avez une chance inouïe : c'est de la BD... Ecrire une suite à un monument de la littérature comme L'ïle au Trésor n'est pas chose aisée. Pascal Bertho ne s'en sort pas mal dans un style proche des productions cinématographiques américaines des années 50-60. Le Long John Silver de Xavier Dorison et Mathieu Lauffray s'en tire beaucoup mieux à mon avis, dans un style plus mûr et pour un public un peu plus âgé (quoique, quand on lit de la BD, l'âge...). Mais comme dans Sept pirates, le dessin de Tim McBurnie est excellent et que le découpage de Jérôme Lereculey vaut vraiment le coup d'oeil, on se laissera facilement convaincre de passer une séance en compagnie de ces Sept pirates là... En tout cas, à IDDBD, on a fait une belle balade... A lire : la fiche album sur le site des éditions Delcourt où vous pourrez voir et lire quelques planches A lire (aussi) : la chronique d'Isaac le Pirate de Christophe Blain, celle de Long John Silver de Xavier Dorison, le projet Nouveaux Pirates de Lionel Richerand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *