Le Freaks, c’est chic…

Freaks of the Heartland (scénario de Steve Niles, dessin de Greg Ruth, éditions Semic, 2008) Attention "petit bijou" en vue comme l'on dit ici ! Si IDDBD disposait d'un label de qualité, nul doute qu'il apposerait sur Freaks of the Heartland ! Ce one-shot, compilation de six épisodes initialement parus aux Etats-Unis chez Black Horse Books, est une petite merveille ! A commencer par l'objet lui-même. Comme pour Caligari (éditions Akileos), l'album est particulièrement classieux lorsqu'on l'a en main. Même les plus réfractaires à faire entrer de la BD dans leurs bibliothèques ne rechigneraient pas à y ranger Freaks of the Heartland. Et puis cette couverture à la silhouette découpée et aux deux plans superposés est tout simplement magnifique et très loin d'un simple effet marketing. Elle annonce le récit d'une manière tout à fait originale... Le récit justement. On pourrait le classer dans le genre "horrific". C'est vrai. Mais ce serait à la fois un peu court et en définitive très réducteur. Evidemment, Steve Niles - l'auteur du scénario de la BD 30 jours de nuit (récemment adaptée au cinéma) - fait appel à tous les poncifs du genre : un village isolé au coeur des Etats-Unis, un bled paumé que personne ne traverse et où les habitants - moins d'une dizaine de familles - sont assez peu enclin à vouloir développer le tourisme local... Bien entendu, des êtres difformes sont cachés à la vue de passants éventuels, enfermés dans des granges, des caves ou d'autres lieux sombres et clos, à la fois craints et méprisés par les villageois de Gristlewood Valley. Pourtant, ces êtres difformes appartiennent aux familles du village : ils sont leurs fils et leurs filles au même titre que les autres ! Quel secret, quelle folie a mené Gristlewood Valley à perdre son âme et son coeur de cette manière ? Et lorsqu'ils sentent que le poids de la culpabilité et de la peur vont pousser les villageois au meurtre, deux gamins "normaux", Trevor et Maguy, vont décider qu'il est temps de rendre leur liberté à ceux que leurs parents considèrent comme des monstres, les "freaks" de Gristlewood Valley... Steve Niles réussi à doubler un récit palpitant d'une superbe histoire d'amitié, d'amour, de tolérance, et de dénonciation de l'intolérance humaine... Quant au dessin de Greg Ruth, il est tout simplement sublime ! Le trait réaliste est retravaillé au couteau pour vous immerger totalement dans l'ambiance de l'histoire. Comme l'indique Greg Ruth à la fin de l'ouvrage dans les quelques pages de croquis commentés, il a travaillé et retravaillé ses personnages jusqu'à obtenir le casting idéal. De même pour les décors qui proviennent directement de la région du Massachusetts où il s'est établi avec sa femme et son jeune fils. Enfin, les couleurs sombres, parfois violentes complètent le tableau et vous prennent aux tripes aussi sûrement que l'histoire. Bref, Freaks of the Heartland est un chef d'oeuvre aussi bien graphique que scénaristique à côté duquel vous ne pourrez pas passer ! A visiter : les sites officiels de Steve Niles et Greg Ruth

Une réflexion au sujet de « Le Freaks, c’est chic… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *