Africa Queen

Aya de Yopougon (scénario de Marguerite Abouet, dessin de Clément Oubrerie, collection Bayou, éditions Gallimard) IDDBD vous avait entraîné en Afrique en suivant la trace du talentueux Pahé, ce jeune gabonnais qui nous racontait sa jeunesse africaine et française sur un ton plutôt détonnant ! Et bien c'est reparti ! Non pas avec Pahé mais avec Marguerite Abouet, dont la verve est ici illustrée par un Clément Oubrerie particulièrement inspiré côté dessin. Nous rejoignons Aya, jeune fille de 19 ans, habitante de Yopougon, l'un des quartiers les plus chaud d'Abidjan, en Côte d'Ivoire. Vous ferez également connaissance avec sa bande de copines (Bintou et Adjoua, Féli et les autres...) et toute la cohorte des personnages hauts en couleur qui peuplent se coin d'Afrique plein de soleil, de "palabres", de joie de vivre, de fête, de musique... Comme avec notre ami Pahé, vous oublierez tous les clichés d'occidentaux bon tein qui nous encombrent la tête. Et croyez-moi, ce n'est qu'à regret que vous refermerez le troisième tome de cette série magnifique ! Marguerite Abouet a un talent rare pour nous dépeindre et nous faire aimer cette Afrique des années 70/80 où l'insouciance des jeunes de Yopougon répond avec insolence à celle, parfois plus complexe, des "vieux". Tout ce petit monde se croise, se cotoie, s'entrechoque dans une ambiance que Clément Oubrerie nous dépeint d'un trait instinctif et vivant. On y est ! On s'installe à Yopougon ! Aya et les autres nous deviennent peu à peu familiers et tellement attachants. On partage alors, comme des invités privilégiés, leurs moments de fête, leurs angoisses (jamais désespérées comme ici), leurs colères, leurs rires... Aya de Yopougon, c'est juste un morceau de vie qui nous est offert en trois tomes dans lesquels on plonge corps et âme. Et lorsque vous entendrez parler de l'esprit de Noël, cette période bénie de fraternité, d'amitié et de chaleur humaine que nous vendent à grand renfort de pathos nos médias occidentaux et notre société consumériste, vous ne pourrez vous empêcher de comparer avec la spontanéité simple des sentiments de vos amis de Yop City... Mon Dieu ! Combien il nous reste encore à apprendre de cette Afrique méprisée, berceau de l'humanité... dans tous les sens du terme... A visiter : le site de la collection Bayou des éditions Gallimard A lire : les chroniques des excellents sites Krinein et du9.org et celle, indispensable, du site afrik.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *