Etrange, vous avez dit étrange ? Comme c’est étrange…

Quartier M - Tome 1 : Fêlures (scénario de Stéphane Beauverger, dessin et couleurs de Benjo & Zano, collection Empreintes, éditions Dupuis, 2007) Je dois l'avouer, Quartier M est une série dans laquelle je suis entré d'abord pour (et par) le dessin de Benjo et les couleurs de Zano (et réciproquement). Réaliste, moderne, paré d'une vraie épaisseur, d'une profondeur et d'une texture tout à fait particulières. Ces dessins sont de toute beauté, sans mièvrerie. J'ai donc naturellement dévoré l'album en boulotant les cases l'une après l'autre... Après cette première lecture quasi compulsive et en tout cas boulimique, mes yeux rassasiés ont laissé place à ce qui me reste de cerveau. Et là, la sensation d'étrangeté ressentie à la première lecture s'est un peu estompé. Car l'histoire de Quartier M, concoctée par l'imaginatif (écrivain) Stéphane Beauverger, peut se lire à plusieurs niveaux. Au premier, Quartier M est un étrange récit d'anticipation dans lequel les adultes d'un quartier bétonné et anonyme d'une tout aussi anonyme mégapole perdent peu à peu la mémoire, laissant la place à une désorganisation sociale où une bande de jeunes, les RANA, font la loi... Dans cet univers qui se déglingue de jour en jour, Maël et Mog, deux ados, vont essayer de survivre aux violences qui les entourent. Un espoir les réunit : le Doge, ce héros (désormais télévisé) qui aurait réuissit à franchir les limites du Quartier M... Au second niveau, Quartier M est aussi (de mon point de vue) une terrifiante parabole sur notre époque, notre civilisation. Les adultes du Quartier M qui perdent peu la mémoire renvoient l'image de nos contemporains perdant eux aussi leur mémoire Historique, avec tous les dangers que cela implique : montée de nouveaux fascismes intégristes, violences sociales subies par un néo-prolétariat qui n'a même plus sa conscience de classe pour se protéger, déculturation d'une partie de plus en plus large d'une jeunesse de ce fait nécessairement désabusée... Certes, le constat est un peu sévère mais il vous suffit de lire vos journaux pour vous rendre compte de la réalité de l'époque... et des dangers à venir si rien n'est fait. En attendant, vous pouvez commencer par lire Quartier M. Au plaisir du trait, vous ajouterez celui de lire un récit terriblement lucide d'une beauté étrange... A lire : la critique de Bulle d'Encre, et celle de Mo sur Mo're BD, son excellent blog de chroniques BD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *