Factory : l’anti usine à gaz…

Factory (scénario et dessin de Yacine Elghorri, collection Epic, éditions Carabas) Pas facile la BD de science-fiction ! Les pièges sont tellement nombreux (scénarios embrouillés, histoires déjà vues et lues, dessin approximatif...) que se lancer dans l'aventure relève aujourd'hui du défi (d'autant que les lecteurs sont plus exigents qu'ils ne pouvaient l'être il y a quelques dizaines d'années...). Avec Factory, Yacine Elghorri relève brillamment ce défi ! Même s'il s'agit d'un premier tome, ce qui signifie que Yacine Elghorri pose surtout les fondamentaux de son univers, l'action et le suspens ne manquent pas dans cette histoire originale. Imaginez-vous propulsés sur une planète aride (on n'ose imaginer qu'il puisse s'agir de la Terre...), recouverte d'une poussière rouge, où de rares plantes plus monstrueuses les unes que les autres poussent en dévorant les rares êtres vivant passant à proximité. Justement, en arrivant dans ce monde désolé, nous rencontrons trois de ces êtres vivants : nous comprenons deux d'entre eux mais le troisième éructent des onomatopées sans grande signification. Le plus surprenant est que l'un de ces êtres est affublé... d'une tête de cochon. Même si l'on apprend rapidemment qu'il n'en a pas été toujours ainsi, il y a de quoi nous étonner ! En survolant la planète, au grès du scénario concocté par Yacine Elghorri, nous découvrirons une autre facette de cette étrange planète : des sortes de fiefs dirigés par des barons "fin de race" totalement paranoïaques, installés dans ce qui semble être d'anciens complexes industriels (les fameuses Factory ?), entourés d'une population de gueux faméliques. L'un de ces fiefs est sur le point de s'effondrer. C'est du moins ce qu'a prédit l'un des precogs du seigneur Gucco, ces sortes d'embryons humains conservés dans des cuves de liquide amiotique à des fins de divination. Et les trois êtres rencontrés au début de notre périples ne semblent pas étranger à ces funestes prédictions... Alliant un scénario original et un dessin efficace, ce premier tome de Factory accroche immédiatement l'attention, preuve s'il en est qu'il est encore possible de faire encore aujourd'hui de la BD de science-fiction de qualité. C'est en tout cas suffisament rare pour que l'on s'y intéresse de près... A lire : la critique élogieuse de Sbuoro sur sceneario.com A lire : la fiche album sur le site des éditions Carabas A lire (enfin) : l'interview de Yacine Elghorri sur PlanèteBD.com

Une réflexion au sujet de « Factory : l’anti usine à gaz… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *