Banzaï !

Nambul - Tome 1 : Invasion (scénario de Ya Sul Lok, dessin de Lee Hyun Se, éditions Kami, 2007)

Voici un manhwa (une BD coréenne) intéressante à plus d’un titre. Commençons par le dessin qui reprend bien entendu tous les codes de la BD asiatiques (notamment dans les expressions des personnages lors des courts intermèdes humoristiques qu’autorise l’histoire, ou les dessins très réalistes des véhicules, bâtiments et autres éléments architecturaux…).

Cela étant, le dessin est plutôt haut de gamme (dans le genre) et, surtout, la mise en scène des cases est particulièrement efficace : vous aurez l’impression d’assister à une vraie séance privée de cinéma tellement les effets et l’action sont bien rendus.

C’est formidable de tenir entre ses mains une petite salle de cinéma personnelle, me direz-vous, mais quel film y projette-t-on ? Aaaahhhhh ! Que n’avez-vous pas appris à parler coréen couramment ! Car vous sauriez que Nambul signifie littéralement « Conquérir le Sud » (bon, je dois vous l’avouer franchement, cette info, je l’ai honteusement piquée chez Kami, l’éditeur… alors que cela fait des semaines que je fais croire à ma famille et mes amis que je parle couramment le coréen…).

Bref, conquérir le sud, ça ne vous avance pas des masses non plus : quel sud, qui le conquière, qui est la victime, etc, etc ? Autant de questions que vous pouvez légitimement vous poser. Heureusement qu’IDDBD est là pour y répondre (je sais, les fleurs ne sont pas chères en ce moment…).

Nambul raconte l’histoire de l’invasion de la Corée par le Japon… en 1992 ! Nous sommes donc en pleine uchronie, vous savez, ce jeux d’histoire-fiction qui consiste à démarrer un récit par « Et si… » et qui enchaîne ensuite par les propositions les plus délirantes (du style « … Hitler avait gagné la guerre en Europe » comme dans le roman Fatherland de Robert Harris).

Ici, le principe est le même : « Et si, à la suite d’un nouveau conflit au Moyen-Orient, les ressources pétrolières du Japon étaient mises en danger et que le pays du soleil levant doive à tout prix, y compris la guerre, en trouver de nouvelles ? Il créerait de toute pièce une situation instable dans la zone d’exploitation pétrolière située en face des côtes coréennes (les plus proches des siennes) afin de trouver un prétexte pour y intervenir militairement… ».

Et le plus étonnant dans l’histoire, c’est que Nambul a été écrit en 1991 : c’était donc à l’origine un récit d’anticipation ! En tout cas, sachez que vous ne vous ennuierez pas une seconde en plongeant dans cette histoire palpitante qui sait habilement mêler la grande histoire et les destins croisés d’un voyou coréen, Hae-Sung, et de son frère, broker de talent dans une entreprise japonaise.

Et même si le ton est parfois un peu caricatural tellement l’auteur est obnubilé par le militarisme nippon, cela ne gêne en rien le lecteur occidental qui ne verra en Nambul, en définitive, qu’un excellent thriller uchronique. Tome 2 à suivre de très près…

A découvrir : la fiche album sur le site des éditions Kami, à partir de laquelle vous pourrez lire les sept premières pages de Nambul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *