Un dinosaure beau comme personne

Mc Cay t.4 - La quatrième dimension (scénario de Thierry Smolderen, dessins de Jean Philippe Bramenti, éditions Delcourt, 2006) Ce quatrième tome paru il y a déjà plus d'un an conclu donc cette série prévue à l'origine en 6. Rappelons que cette étrange histoire magnifiquement dessinée par un auteur de 36 ans met en scène l’auteur réel du personnage de bande dessinée Little Nemo : Winsor Mc Cay. Thierry Smolderen, spécialiste es BD ancienne a concocté tout au long de ces quatre tomes un scénario éblouissant, truffé de références cinématographiques, historiques et plus largement culturelles ; le tout dans une mise en abîme maitrisée comme rarement vu dans ce médium (à part Marc Antoine Mathieu peut-être). Utiliser l’univers de la magie, de l'ésotérisme et du rêve et placer le tout dans des décors dignes des meilleurs films américains noir et blanc (Welles, Lang...) semblait déjà une gajeure et un élément trop original pour ne pas faire de cette série une BD culte. Mais là où Smolderen réussi pleinement son pari, c’est en nous plongeant  dans un époque peu usitée dans le domaine, c’est à dire les années 1890-1914, en nous ouvrant l’imaginaire même du personnage principal, extirpant le sens profond de son oeuvre principale basée sur l’onirisme, puis en poussant enfin ces limites à l’extrême. L’histoire s’achèvant au moment ou Winsor Mc Cay “lâche” malgré lui son personnage fétiche pour quasiment  inventer le dessin animé moderne avec le dinosaure Gertie. Beaucoup auront peut-être été décontenancés par cette atmosphère sombre, étrange, à la limite de la folie, décelée dés le deuxième tome et n’auront pas été plus loin ; le dessin de Bramenti ne rentrant pas non plus dans les canons de la bande dessinée franco-belge habituellement reconnus. Mais à l’instar d’artistes comme Scott Campbell ou Alex Varenne sur des récits tels From Hell ou Ardeur, Bramenti se met complètement au service de l’histoire, la magnifiant même. Il faut s’être pris à s’arrêter sur certaines cases superbes du dessinateur pour appréhender son talent, du niveau des plus grands. A ce titre, la dernière page de la Quatrième dimension est un summum du genre et rappelera aux amateurs, j’en suis sûr, la qualité d’une autre planche culte (planche de l’enterrement de Raven, dans Terry & les pirates, 1942 de Milton Caniff). Une réussite totale et un chef d’oeuvre, assurément. A lire : la note consacrée aux trois premiers tomes sur le blog d'Hector A découvrir : les pages de coconino world consacrées à Winsor Mc Cay Supplément : l’édition luxueuse et historique de dream of a rarebit fiend, les strips qui ont précédés Little Nemo, par  Ulrich Merkl A voir : la vidéo de Gertie le dinosaur (1914) sur Youtube

3 réflexions au sujet de « Un dinosaure beau comme personne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *