Chronique de vacances #28 : Alexandre Kha

L'info du jour IDDBD reprend ses errements indolents sur le web... Aujourd'hui, ce sont les éditions Tanibis qui ont droit aux honneurs avec un site aussi beau que leurs albums ! Au hasard : les Mangeurs d'Absolu d'Alexandre Kha, publié en juin dernier, et qui est tout simplement superbe. Chaque page est illustré d'un dessin et d'une brève sentence pleine de poésie, sur le modèles des haïkus japonais. C'est sensible, intelligent, fin, pur... bref, un must... Mais il serait tout à fait injuste d'oublier le déconcertant Poulet du Dimanche de Sylvie Fontaine, l'efficace Lowlife d'Ivan Brun, l'envoûtant Perpendiculaires de Samaël et Claude Amauger... et d'autres que je vous laisse découvrir et lire sur le site des éditions Tanibis... Franchement, ne ratez pas ce moment de pur bonheur pour amateurs de BD éclairés !

4 réflexions au sujet de « Chronique de vacances #28 : Alexandre Kha »

  1. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=54ab0d3e1320a614e81cce65532543ea&size=40"&gt; C'est vrai que Tanibis a un très beau site, et des albums de qualité. Quel dommage qu'ils ne prennent pas la peine de répondre aux mails qu'on leur envoie, surtout quand il s'agit de projets de BD. Bien que très répandu dans l'univers de la BD pro, ce comportement n'en est pas moins regrettable, et jour forcément sur l'image de marque d'une maison d'édition.

  2. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=54ab0d3e1320a614e81cce65532543ea&size=40"&gt; Certes, mais cela ne doit pas empêcher l'essentiel : la politesse et le respect. Quand des auteurs bossent d'arrache pied sur un projet et qu'ils envoient un dossier à un éditeur, la moindre des choses est déjà d'accuser réception du dossier, par respect pour le travail accompli, qu'on pulsionne ou pas avec son contenu. Répondre par mail un "Nous avons bien reçu votre dossier, nous l'examinons dans les meilleurs délais" prend une minute montre en main, et n'entraine aucun engagement ni contrainte de la part de l'éditeur… juste un peu de courtoisie envers ceux qui se décarcassent le citron, et au passage apportent la matière première essentielle au monde de l'édition. La charge de travail certes volumineuse qu'affrontent les éditeurs au quotidien ne devrait pas malgré tout les couper de gestes de communication humains et essentiels.

  3. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=5290747f02c4383e4b9382729a60983d&size=40"&gt; Guisepe, je comprends que vous trouviez cela dur… Mais comme vous le dites, l'absence de réponse est une "pratique" très répandue chez les éditeurs pro (ou pas d'ailleurs). Après, si je puis me permettre quelques "conseils" pour minimiser un peu ce risque et être sûr d'être de votre côté parfaitement respectueux…Tout d'abord, cela va vous paraître bête, mais êtes-vous certain qu'ils soient demandeurs de projets ? En effet les sites des éditeurs présentent souvent une rubrique "dépôt de dossier" avec les modalités (et d'ailleurs il y a très souvent une mention du genre "si vous n'avez pas reçu de réponse dans un délai de 3 mois, veuillez considérer que votre proposition n'a pas été retenue"). Pas de trace de cela sur le site Tanibis. Alors après si vous pensez que cela vaut le coup de leur envoyer quelque chose, vous avez certainement raison, mais il s'agira alors d'un "manuscrit non sollicité", comme on dit… Pour en avoir le coeur net, il est peut être judicieux de demander au préalable si la maison est effectivement à la recherche de manuscrits. Et puis aussi pour savoir si par exemple ils acceptent les grosses pièces jointes.S'ils acceptent de recevoir le dossier, cela semble légitime de les relancer gentiment un peu plus tard, s'ils n'ont pas accusé réception. Ah et puis un truc de base : cela peut être bien vu de se renseigner un peu sur la ligne éditoriale de l'éditeur avant de le démarcher… Par exemple, cela ne sert à rien d'envoyer un projet couleurs d'héroïc fantasy à disons Ego comme X. C'est du temps perdu pour l'éditeur comme pour l'auteur. Et l'éditeur pourrait même prendre ça comme un manque de respect pour son travail et ne pas franchement avoir envie de répondre (je ne dis pas ça pour vous car en l'occurence, vous semblez connaître le travail de l'éditeur).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *