Chronique de vacances #18 : Eisner vs Miller

L'info du jour L'été est aussi une saison propice à la navigation... non seulement sur les eaux bleues et chaudes de la Méditerranée (encore !) mais aussi sur le web. Et là, patatras, j'échoue sur le site des éditions Rackham pour y découvrir (tardivement : honte à moi !) qu'était sorti, le 25 juin dernier (ça va, je n'ai qu'un mois de retard...) un monument documentaire : le compte-rendu, par le journaliste Charles Brownstein, d'un entretien informel entre deux papes de la BD américaine, j'ai nommé Will Eisner et Frank Miller ! Je ne l'ai pas encore lu mais évidemment je cours le chercher... A lire : le pitch de l'ouvrage, tiré du site des éditions Rackham...

"Mai 2002, dans la chaleur étouffante de Floride, Frank Miller rend visite à Will Eisner dans sa maison de Tamarac.  Sirotant un verre au bord de la piscine, ils parlent boutique, comme les deux vieux amis qu’ils sont. La soirée s'avance et les langues de nos deux compères se délient, et fort  heureusement,  le journaliste Charles Brownstein qui est présent enregistre cette longue conversation faite de coups de gueule, d'éclats de rire, de constats, d'échange. De ces bandes est né Eisner/Miller, chassé-croisé de questions et de réponses autour du neuvième art, et ce de la part de deux géants de la bande dessinée internationale. Tour à tour, les deux auteurs abordent les problèmes formels et conceptuels, l’impact de la bande dessinée sur la société, les problèmes éditoriaux, la censure. Ils nous donnent à voir avec un oeil neuf, non seulement leur propre œuvre mais aussi tout le panorama créatif mondial. En traitant tous ces thèmes, Will Eisner analyse sans ambages son expérience passée, ses succès comme ses désillusions, l’évolution de l’art séquentiel et le développement du roman graphique dont il a été un des protagonistes majeur tandis que Frank Miller se retourne sur les influences les plus marquantes que les grands anciens de la bande dessinée ont pu avoir sur lui et son travail , et se penche sur les dernières évolutions du medium et notamment les étroites relations qu’il entretient avec des industries comme celle du cinéma.

L’admirable travail d'édition réalisé par Brownstein, l'organisation de  l’ouvrage par chapitres thématiques, en rend la lecture encore plus passionnante. Eisner/Miller capture dès les premières pages l’attention du lecteur et ne manque pas d’intéresser non seulement les admirateurs de ces deux géants de la bande dessinée mais aussi tous ceux qui s’intéressent de près à la vie et l’évolution du medium. Ce livre a remporté un franc succès de public aux Etats-Unis ainsi qu'en Italie.

L’édition française, illustrée par de nombreux dessins et photographies (dont certaines inédites) a été enrichie des notes donnant au lecteur européen quelques éclaircissements sur les aspects moins connus du panorama créatif américain."

Une réflexion au sujet de « Chronique de vacances #18 : Eisner vs Miller »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *