Allah est-il le plus grand et Abdallahi est-il son apôtre ?

Abdallahi - Tomes 1 & 2 (scénario de Christophe Dabitch, dessin de Jean-Denis Pendanx, éditions Futuropolis,  2006) Futuropolis, maison d'édition culte parisienne ayant participé largement au renouveau de la bande dessinée à la fin des années 70 s'est réveillée transformée après des années de sommeil. Sa nouvelle politique éditoriale depuis septembre 2005 ne pouvant reproduire ce qui a déjà été fait prouve néanmoins que son nom prestigieux n'est pas usurpé; ceci à l'aide d'une certaine exigence de qualité sur les titres proposés. C'est le cas de ce superbe dyptique, haut en couleurs dans tous les sens du terme. Je ne connaissais pas ces deux auteurs, apparemment plus tournés vers l'illustration jeunesse pour Pendax, mais cette adaptation du récit de voyage de René Caillé, premier homme blanc a avoir pu visiter la ville mythique de Tombouctou et en être ressorti vivant en 1828 est une belle réussite. René Caillé, fils de bagnard charentais part en 1824 à l'âge de 24 ans afin de traverser l'Afrique. Il feint de se convertir à l'islam en apprenant le Coran et en se donnant  un nouveau nom : "Abdallahi", puis pendant un an au départ de St Louis du Sénégal sur la côte ouest intègre tout d'abord la tribu Maure des Braknas en Mauritanie afin de s'immerger. Il revient en 1827 et part cette fois de Kakondy en Guinée pour traverser à pied l'Afrique centrale, passant par le Niger, le désert saharien avant d'arriver enfin à Tanger dix huit mois plus tard. Un périple proche de l'enfer, le scorbut ayant failli l'emporter. Le style graphique de Pendax cède souvent le pas à l'imagination, avec des peintures parfois floues remplies de couleurs magnifiques, tandis que le scénario et les dialogues de Dabitch parsemés de citations du livre de Caillé nous immergent au coeur du personnage central... nous faisant nous identifier parfaitement à celui-ci. Rappelant certains Corto Maltese (Les Ethiopiques par exemple) de part sa poésie, son aspect contemplatif, ses dialogues et sa documentation, ou parfois  Les Tours de Bois Maury lorsqu'il aborde l'aspect islamique sous son angle le plus familier ... , cette adaptation sent bon le vécu, et on imagine sans mal que de grands auteurs comme Hugo Pratt ou bien Hermann ont tous deux été aussi inspirés par ce récit initiatique. Abdallahi fascine par la magie qui exulte de ses tableaux somptueux et de son souffle épique, et par là même se présente comme une oasis pour tout amateur de bande dessinée et de récits d'aventures. Chef d'oeuvre !! (photos du livre de Caillé tirées de : http://www.sahariens.info) A visiter : le site de Futuropolis A lire : la page consacrée à Pendanx sur BDGest A dévorer : le périple de René Caillé sur Herodote.net ps : Audrey, merci pour cette belle découverte !

Une réflexion au sujet de « Allah est-il le plus grand et Abdallahi est-il son apôtre ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *