400ème chronique d’IDDBD !

Le gros lot (scénario et dessin de Nikola Witko, éditions Carabas, 2007) Bon, il faut que je vous explique un truc. Quand on lit une BD, il y a deux solutions. Soit on aime, soit on aime pas. Sur IDDBD, on a prit le parti de ne chroniquer que celles qui nous plaisent. Une fois ce cap passé, on a le choix entre deux autres solutions. Soit on rédige une chronique nous-même, soit on s'inspire des pitchs que les éditeurs écrivent (en payant grassement leurs rédacteurs... je ne vois pas d'autre explication au fait que les pitchs soient si bien rédigés...). D'habitude, sur IDDBD, on préfère la première de ces solutions. Mais là franchement, après avoir lu Le gros lot de Nikola Witko et le pitch des éditions Carabas, je n'hésite absolument pas. Je choisit la seconde. Et notez que je n'essaie même pas de pomper le pitch pour vous le resservir à ma sauce. Pensez-en ce que vous voulez (les commentaires sont là pour ça...), mais franchement après avoir lu ce qui suit, ça m'étonnerait que vous ne vous précipitiez pas sur Le gros lot pour l'empocher... heu, le lire... "Willy a touché le pactole, le gros lot, quoi. Willy-la-chance qu'on l'appelle, et c'est pas peu dire. Dans la poche gauche de son futale, son sou porte-bonheur, un peu comme onc' Picsou. Willy gratte un ticket, il gagne un téléphone, une télé, une bagnole... D'la balle ! Il gratte un tacotac, et tac il encaisse, paie une tournée et repart en caisse, une poulette à chaque bras. Bon forcément, c'est pas toujours du goût de Violette, sa jeune épouse. Alors Violette, elle se casse. C'est la déprime pour Willy, mais la veine est toujours là. Alors,à force de gagner son poids en pizza, en bonbec et cassoulet, Willy il finit par enfler. Et même beaucoup. Et moi, je ramasse les restes, j'ai jamais aussi bien bouffé de ma vie. Moi c'est Bob, la souris, mais attention j'suis un mec pas une gonzesse. Bon, Willy, après un accident, a laissé deux nanas sur le bord de la route. Enfin une accrochée à un lampadaire. Sans doute un verre de trop, au frais du patron, évidemment. Alors Willy s'embarque sur une croisière gagnée au fond d'une boîte de choucroute. Je manque de m'faire violer par les rats de la cale, le bâteau coule et comme Willy ne perd jamais, même à la roulette russe, il finit par bouffer tous les autres sur le radeau. Et les aventures de Willy-la-chance ne font que commencer... Cette bande dessinée ne fera pas de vous un homme riche. Mais si vous avez le sens de l'humour, elle vous fera sans doute rire. Sinon, laissez tomber car : - des animaux sont maltraités, - les femmes sont bafouées, - les hommes se comportent comme des porcs, - le héros est gros, la souris lâche, - le code de la route n'est pas respecté, En tout cas en l'achetant, vous aurez touché le gros lot." Bon alors, honnêtement, ça vous donne pas envie de lire Le gros lot de Nikola Witko tout ça ? Si tel n'est pas le cas, moi, je retourne vendre des frites sur la plage d'Argelès... Et tant pis pour la 400ème chronique d'IDDBD... A voir : un extrait sur le site des éditions Carabas

4 réflexions au sujet de « 400ème chronique d’IDDBD ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *