Spécial Festival de Serignan I

Jazz Club (scénario, dessin et couleurs d'Alexandre Clérisse, prépublié sur CoconinoWorld.com, collection Long Courrier, éditions Dargaud) Comme vous le savez, fidèles lecteurs, IDDBD avait repéré, il y a plus d'un an maintenant (le 9 mars 2006 pour être précis...). Voici ce que nous en disions à l'époque : "Jazz Club est l'histoire de Norman, saxophoniste doué qui perd du jour au lendemain son talent de musicien. Enfin, du jour au lendemain... surtout depuis qu'Emily, sa fiancée, l'a quitté. Pour quelle raison, on n'en sait rien. Et à la limite, peu importe. Ce qui compte après tout, c'est ce que va devenir Norman... Alexandre Clérisse est très fort : passé la première surprise du trait (que l'on imaginerait mieux dans un hebdomadaire new-yorkais...), son scénario et son dessin sont une pure merveille d'émotion (mais aussi de suspense). On vit le désarroi de Norman, ses douleurs, son apaisement enfin... et on le suit dans des aventures dont certaines réjouiront les amateurs de sectes apocalyptiques et mélomanes ! Mais attention, la BD n'est pas terminée ! Alexandre Clérisse nous réserve encore des surprises !". Et des surprises, la suite de Jazz Club nous en a réservé de superbes ! Jusqu'au final qui, il faut bien le dire, est tout simplement sublime d'émotion ! Cet album, publié en dur dans la prestigieuse collection Long Courrier de Dargaud, est de ceux que l'on est fier d'avoir dans sa bédéthèque, de ceux que l'on est fier de faire découvrir à ces amis avec cet air entendu que l'on a affaire là à une véritable oeuvre d'art graphique doublée d'un récit romanesque à la hauteur... Et quand on a eu la chance, en plus, de rencontrer l'auteur, le bonheur est total... Alexandre Clérisse travaille actuellement sur un autre projet de BD dont IDDBD vous reparlera le moment venu... A suivre donc (et de près !). A visiter (d'urgence) : le site consacré à Jazz Club avec deux histoires inédites (deux épisodes de la vie de Norman...), les recherches d'Alexandre Clérisse pour la couverture (où l'on apprend incidemment que Jazz Club aurait pu s'appeler Cool Jazz... mouais...) et quelques images inédites... Ah ! Et puis, vous pourrez lire Jazz Club en ligne (pas mal, non ? même si rien ne vaut, finalement, d'avoir l'album cartonné...) A (re)lire : l'interview d'Alexandre Clérisse sur IDDBD, les 27 et 28 mars 2006, et l'Info du Jour du 16 janvier 2007 (avec des liens vers la bio de l'auteur...) A visiter : le site de la Maison des Auteurs d'Angoulême d'où est issu Alexandre Clérisse

2 réflexions au sujet de « Spécial Festival de Serignan I »

  1. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=8b407ea689e2940a7e0574bdd341be7a&size=40"&gt; Hummm oui.Je viens de finir cet album, très réussi j'en conviens. Mais malheureusement si je puis dire, ceux qui ont eu la chance de lire le superbe "La note bleue" de Loustal/ Paringaux publié en 1987 chez Casterman se souviennent sûrement de cette très belle histoire de saxophoniste "maudit" qui se perd en cherchant la "note bleue".(En fait une bio à peine cachée du saxophoniste franco/américain Barney Willen). C'était une des premières fois que le jazz révêtait d'aussi beaux habits en bande dessnée. (Joos l'a aussi très bien exprimé dans la plupart de ses publications).Aussi… lire ce "Jazz clb" qui, malgré sa présentation érudite par Thierry Groensteen, vue comme un remake d'un "Garage hermétique" (Moebius), basé sur l'improvisation, à le lire, ne suffit pas à dissiper ma "gêne". En effet, quels que soient les rapports entretenus ou non entre Mr Clérisse et Mr Loustal, j'ai du mal à voir beaucoup d'originalité dans cette histoire.Dommage. Mais… à suivre j'en conviens !cf la superbe page consacrée à l'album de Loustal "la Note bleue", içi : http://www.loustal.nl/museum77.htm

  2. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=d534ca60082a6f20f37951fdca7f4290&size=40"&gt; Je ne partage pas ton avis sur les "similitudes" entre Jazz Club et La note bleue de Loustal. La seule similitude est l'existence d'un joueur de jazz (mais alors, Betty Blues est aussi similaire aux deux autres ?). Quant au graphisme, désolé mais je préfère celui (sublime)d'Alexandre Clérisse… Comme en musique, chacun ses goûts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *