Texarkana

Texarkana (scénario de Patrick Neighly, dessin de Donny Hadiwidjaja, couleurs d'Anne-Marie Horne, collection Colors, éditions Akileos) Les lecteurs réguliers d'IDDBD le savent : les éditions Akileos publient depuis quelques années des BD venues d'outre-atlantique (quand ce n'est pas d'outre-tombe !) qui apportent un souffle nouveau (pour nous, lecteurs européens) et complémentaire aux comics traditionnels (Strange et autres...), à la BD franco-belge, au manga (et depuis peu au manhwa) ainsi qu'au "roman graphique". Finalement, tout ceci va dans le bon sens, celui d'une offre plus large, plus riche et plus éclectique, dont les lecteurs profitent en définitive... Ces considérations pompeuses étant faites (mais vous en avez l'habitude si vous suivez les chroniques d'IDDBD...), entrons dans "le vif du sujet". Et Dieu sait que cette expression n'a jamais été plus adaptée qu'en ce qui concerne Texarkana ! Car Texarkana, c'est de l'action en barre ! Mais, étrangement, sans références explicites ou évidentes au genre comics ou manga dont nous parlions plus haut. En même temps, je mens un petit peu en vous disant cela : les références existent mais elles ne sautent pas immédiatement aux yeux et en tout cas, elles appartiennent à de nombreux genres que nous connaissons bien... Illustration. L'univers de Texarkana pourrait s'inscrire dans celui de Rails ou de bien d'autres BD franco-belge pour son aspect "politique-anticipation" : l'Amérique du Nord est ravagée par la guerre civile et seul un état, le Texarkana (capitale : Dallas), maintient un semblant d'ordre sur son territoire et, dans une moindre mesure, sur New Asia (constituée des anciens états de la Côte Ouest). Cet ordre, ce sont des équipes judiciaires qui l'assurent au quotidien. Constituées de juges, d'un avocat et d'un exécuteur, elles rendent une justice expéditive, et souvent définitive, directement dans les rues. La constatation des crimes et délits, l'instruction, le procès et la sentence sont exécutés en moins de dix minutes... En ce sens, on sent l'influence des ligues de justiciers (Watchmen...) chères aux comics américains traditionnels... Dans le premier tome (publié il y a quelques jours), on suit l'une de ces équipes judiciaires que vient de rejoindre Simon Hills, un jeune diplômé de l'Académie des Juges de Dallas. Premières interventions, premiers doutes, puis première vraie mission d'infiltration sur les terres de New Asia... A Tsin Tsin, l'histoire prend une tournure plus "manga", surtout du fait de l'ambiance de New Asia... Autre lieu, autre influence... Malgré tout, l'histoire conserve une cohérence propre (scénario trépidant et superbe dessin) qui sait habilement mêler action, suspense, et psychologie des personnages (même si certains d'entre eux sont un peu taillés à la hache...). Et ça marche ! On s'attache vraiment à cette équipe de la première à la dernière page de ce premier tome qui nous laisse un goût d'impatience à attendre les suivants... A découvrir : les précédentes collaborations de Patrick Neighly et Donny Hadiwidjaja pour Zoe, sur le blog (en anglais) weblogs.variety.com , pour Black-eye Susan, sur le blog (toujours en anglais) the fourth rail A visiter : la rubrique Nouveautés du site Akiléos où vous retrouverez la fiche album de Texarkana et une planche... L'info du jour Toujours chez Akiléos, notez la parution de Louna et sa mère, un album doux-amer sur la vie d'une petite fille de parents divorcés à l'âge où la vérité sort de la bouche des enfants. Emouvant, attendrissant, amusant... A feuilleter : deux planches sur le site de la FNAC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *