La Sirène de pompiers

(scénario de Hubert, dessins de Zanzim. Dargaud. Poisson Pilote. 2006.) Lors des chroniques de Miss pas touche, nous vous avons beaucoup parlé de Kerascoët et de son (enfin leur plutôt) magnifique dessin. Mais nous n’avons pas beaucoup parlé de Hubert, le scénariste. Rattrapons-nous aux branches multiples d’IDDBD et rendons justice à ce pondeur d’histoire à l’atmosphère si particulière. Si vous avez apprécié Blanche, la fameuse Miss pas Touche, vous allez adorer cette nouvelle héroïne mi-femme, mi-poisson au caractère bien trempée (ça nous change des séries « Blondes »). Bretagne fin du 19e siècle, une jeune sirène s’ennuie sur son rocher. Noyer les marins ne l’interressent pas (d’autant plus qu’elle chante faux), elle ne rêve que de Paris. Alors elle décide de rejoindre la ville Lumière. Mais voilà, une fois à la capitale, elle se retrouve confronté à la puanteur des eaux de la Seine et la voilà bien déçue. En passant sous un pont, elle reçoit dans les bras, un peintre du nom de Gustave Gélinet. Gustave est dépressif, suicidaire depuis qu’il s’est fait taillé en pièce par Fulmel, l’éminent critique parisien. C’est ainsi que le corps de la Sirène va devenir la source d’inspiration du peintre. Devenue muse des arts, elle découvre Paris, la culture et une nouvelle forme de peinture naissante avec le XXe siècle : l’impressionnisme. Dans une atmosphère proche de Miss pas touche, Hubert (et Zanzim le dessinateur) nous offre un hommage sensible, doux et attendrit aux peintres pompiers (l’école classique de cette fin de 19e siècle). Un album qui allie humour, surprise, charme et fantaisie. Beaucoup de fraîcheur et de talent pour ces deux auteurs. Bref, brillant ! A lire : la critique sur Krinein.com A lire : la bio de Hubert sur BDgest’ A lire : la bio de Zanzim sur BD Paradisio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *