Chaque chose

(scénario et dessins de Julien Neel, Gallimard, Collection Bayou, Novembre 2006)

Ca ne m’arrive pas souvent mais en refermant cet album je suis resté quelques minutes à regarder la quatrième de couverture pour lire les quatre cases imprimés. Dans la deuxième case, le père de Julien Neel déguisé en gros ours bleu d’une marque de gaz très connue interpelle son fils de 10 ans en lui disant : « Tu peux raconter des choses qui arrivent à des types normaux comme nous… Peut-être ça peut intéresser des gens. C’est vrai dans le fond, chaque chose heu... ».

On ne pourra jamais assez remercier Julien Neel d’avoir obéi à son père en racontant leur histoire, ou plutôt leurs histoires. Chaque chose est le récit d’un petit garçon qui part faire une tournée promotionnelle pour une grosse agence de pub durant un été. Mais c’est également, celui d’un homme qui prend le train pour rejoindre son père malade à l’hôpital 20 ans plus tard. Au bout du compte, ces deux moments sont les mêmes, avec les mêmes protagonistes et sujet unique : l’amour filial. Entre fiction et réalité, l’ensemble de l’album est construit sur ces deux histoires qui se répondent sans cesse. Ce père gargantuesque et ce petit garçon rêveur répondent au vieil homme délirant et au père de famille inquiet. Le grand talent de Julien Neel est de réussir à imbriquer ces échos sans faire de répétition dans son récit. Chaque éléments, dessins, cadrages, mise en page, dialogues ne ralentissent pas la lecture : Chaque chose est une petite merveille de construction narrative ! Rien à ajouter, rien à retirer, on a l’impression d’un album (presque) parfait. Je n’ai pas eu cette sensation depuis ma première lecture de Pilules Bleues de Peeters (ça f’sait longtemps que je n’avais pas placé Frederik Peeters dans une de mes chroniques !). Pour la petite histoire, finalement, j’ai fini par poser cet album en me disant que j’allais l’offrir à mon père comme un remerciement sans prétention à cette BD magnifique. Certains me trouveront trop enthousiaste, ils ont peut-être raison mais tant pis ! Rares sont les auteurs qui mettent autant de vérité ou d’eux-mêmes dans leurs récits, et même si ce n’est pas entièrement autobiographique, on ne peut qu’être touché par cette histoire (presque) vraie. Dans un tout autre registre, toujours de Julien Neel, je vous conseille la lecture du formidable Lou (3 tomes) : splendide, génial,drôle, émouvant bref prix jeunesse à FIBD d’Angoulême 2005. A lire : l’interview de Julien Neel sur actuaBD à propos de Lou sa série fétiche. A lire : la critique sur sceneario.com A lire : la critique sur BD Sélection A voir : Le site de la collection Bayou dirigée par Joann Sfar. Au passage la liste des albums disponibles fait un peu baver (d'envie j'entends)

3 réflexions au sujet de « Chaque chose »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *