Magasin Général T2 : Serge

(scénério et dessin de Loisel et Tripp, éditions Casterman) Sur ce coup là, IDDBD ne prend aucun risque à vous recommander (chaudement) la lecture de ce deuxième tome de la superbe série de Loisel et Tripp, Magasin Général... Tous les avis sont unanimes et ce serait bien le diable si vous trouviez quoi que ce soit à redire ! Allons ! Imaginez-vous bien blottis, au chaud, confortablement installé. Vous ouvrez votre BD. Prenez d'abord le temps d'admirer la carte de Notre-Dame-des-Lacs, ce minuscule village québécois où se déroule l'histoire émouvante concoctée par nos deux auteurs... Ca y est, vous y êtes. En 1928, au Québec. Vous cotoyez les Archambault, les Ouellette, les Roberge, Gaëtan, Monsieur le Curé, Noël et les autres. Et Marie, la jeune veuve qui a hérité du Magasin Général de Notre-Dame-des-Lacs. Et Serge, le "survenant" des premières neiges. A peine quelques pages et vous ne pourrez plus quitter ce petit monde tendre, attachant. La neige et le froid sont là mais les coeurs (dont le vôtre) palpitent d'une douce chaleur. Vous faites désormais partie de Notre-Dame-des-Lacs... A relire : la chronique d'IDDBD sur le premier tome du Magasin Général A lire : pour en savoir plus sur le Magasin Général sur krinein.com A lire : la fiche de la série sur le site de Casterman

6 réflexions au sujet de « Magasin Général T2 : Serge »

  1. Ah non !<img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=d534ca60082a6f20f37951fdca7f4290&size=40"&gt; Mais justement David, c'est aussi l'intérêt de cette BD qui prend son temp… Le temps d'installer le décor, les personnages, leur psychologie, leurs rapports. Résultat : on y est ! On fait, nous aussi, parti de ce petit monde. Et puis, l'histoire se déroule en 1928, à une époque où on savait encore prendre le temps…

  2. C'était mieux AVant…<img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=c9471dcc6ce724a98bd6f01a1267323c&size=40"&gt; ;-)C'était pour la dernière phrase.Pour être sérieux, je suis d'accord sur le fait qu'il prenne son temps… Pourquoi pas ? (même si je trouve que le mythe du bon campagnard ressemble étrangement à celui du bon sauvage mais c'est une autre histoire…)Ce qui me dérange malgré les magnifiques dessins et les personnages sympathiques c'est cette absence de liant dans l'histoire, il y a une différence entre lenteur et mollesse. De très bonnes BD sont lentes (Lupus t3 et 4 par exemple) sans pour autant être ennuyeuse. Et je me suis un peu ennuyé à lire ces deux albums.En même temps, et c'est tout à son honneur, Loisel sort de ses thèmes favoris fantastiques. C'est tellement facile de faire la même chose durant des années. C'est pourquoi ma petite critique n'entame pas ma passion pour Loisel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *