Bonnes fêtes à tous !

IDDBD prend quelques jours de vacances (ben quoi ?). Nous nous retrouvons (enfin j'espère !) le 6 janvier 2007 ! Bonnes fêtes à tous et (avec un peu d'avance...) une bonne et heureuse année 2007 ! En attendant, piochez dans les quelques 250 chroniques d'IDDBD 2006 (vous avez un index à votre disposition, à droite...) ! A très vite...

Le grand pouvoir du Chninkel

(scénario de Jean Van Hamme, dessin de Rosinski, éditions Casterman) “Des ruines encore fumantes de ce monde ravagé, surgirent en hurlant les armées de ceux qu'on appela les Trois immortels : Zembria la cyclope, Barr-Find main noire et Jargoth le parfumé! Ainsi naquit La Guerre. Et ainsi débuta le long esclavage du peuple Chninkel, qui ne cesse depuis d'expier la terrible faute de ses ancêtres.” Et ainsi débute la sublime trilogie imaginée et mise en image par Rosinski et Van Hamme, deux monstres sacrés de la BD, il y a une vingtaine d'années de cela. Casterman a eu la bonne idée d'éditer une intégrale en couleur (les puristes, qui ont aimé la version originale en noir et blanc, hurleront sans doute...), et la magie est intacte. Le grand pouvoir du CHNINKEL revisite le mythe christique d'une façon tout à fait originale, où les Chninkel sont une représentation du peuple juif duquel va sortir l'unique espoir de paix pour un monde ravagé par la guerre, la haine et la violence. Choisi par une voix divine qui lui offre une étrange bijou rectangulaire et noir (une parfaite réplique du monolithe géant de 2001 l'Odyssée de l'espace...), un petit Chninkel va devoir réunir les Trois Immortels, au péril de sa vie et contre les moqueries de ses congénères. Ses doutes, ses faiblesses, ses lâchetés puis son courage et (finalement) sa sagesse seront les jalons d'un véritable chemin de croix d'un destin unique qui le conduira des ruines fumantes d'un champ de bataille au sommet d'une colline... Le grand pouvoir du CHNINKEL est une oeuvre majeure, tant au plan artistique que littéraire et philosophique. En tant que telle, elle dépasse bien entendu son sujet immédiat : Rosinski et Van Hamme imaginent, à leur façon, le chemin qu'a pu suivre celui que, dans notre monde, il y a quelques 2000 ans, l'on nommait Jésus de Nazareth...

Découpé en tranches (Zep)

(scénario et dessin de Zep, éditions Le Seuil, 2006)

Le dernier Titeuf est sorti il y a quelques semaines. Héros récurrent de la BD franco-belge capable de détrôner le dernier Naruto de la première marche du classement Livres Hebdo, Titeuf divise le monde de la BD entre ceux qui détestent (vulgaire, niais...), ceux qui adorent et ceux qui s’en foutent. Moi, je suis du second groupe.

Pour en revenir au fait, non, ce n’est pas la chronique du dernier Titeuf mais bien celle de Découpé en tranches  de Zep que je tente désespérément de tapoter sur mon clavier. En tranches, c’est bien ainsi que se livre Zep. Un petit garçon devenu grand qui n’a toujours pas lâché ses rêves et son crayon de couleur.

A travers ces carnets, Zep aborde des dizaines de sujets sous le couvert de l’humour et parfois de la gravité : réflexion sur le monde, sur la vie, sur sa condition d’auteur, sur le temps qui passe (à travers la vie d’une guitare), sur l’art, sur sa génération, sur le potentiel de pouvoirs extraordinaires et bien d’autres choses (dont l’Amour). Il apparaît comme un être sensible, intelligent, un peu décalé (mais après tout Trondheim disait que les auteurs de BD étaient des enfants seuls qui se racontaient des histoires) bref il dévoile un peu de son jardin secret.

En tout cas, après cet album de Zep va peut-être réunifier le monde autour de son talent. Car même désabusée, ces chroniques sont drôles et émouvantes. J’adore !

David Donnat

A lire : la chronique de BD sélection

A voir : allez faites-vous plaisir allez sur le site de Zep et Titeuf

A lire : l’intégrale de l’album sur LeMonde.fr

L’info du jour

Non, je le répète pour la douze millième fois, IDDBD n'est pas une filiale secrète des éditions Paquet ou du site sceneario.com (même si l'on aime particulièrement les albums des premières et les critiques du deuxième) ! Justement, cela nous permet de vous recommander la lecture de l'interview de Romain Hugault, l'auteur de Au-delà des nuages (éditions Paquet), sur le site sceneario.com. Ca renforce votre paranoia ? Je le démentirai donc une douze et une millième fois... A lire aussi : la chronique d'IDDBD sur Au-delà des nuages

L’art selon Madame Goldgruber : insulte

(scénario et dessin de Nicolas Mahler, collection Eprouvette, éditions L’Association, 2005)

Quand Mahler, un des rares (voire unique) auteurs de BD indépendants autrichiens, va voir sa fonctionnaire du fisc attitré Mme Goldgruber pour lui prouver qu’il est bien artiste (et bénéficier ainsi d’un magnifique abattement de 10%) on sent que l’on va nager dans la poésie.

A l’origine, ce livre est le catalogue d’une exposition consacré aux travaux de Mahler, chose étrange car comme il l’explique lui-même « l’idée que l’on puisse éditer des essais théoriques sur mes travaux et non mes travaux eux-mêmes me sembla stupéfiante ». Bref, voici l’occasion pour l’auteur de réfléchir au concept d’art et de bande dessinée, et surtout de se lâcher un peu…

Et c’est grandiose ! Mahler manie l’ironie et le sarcasme comme d’autre la pelle ou le burin, avec la grâce du déménageur. Bref, le sous-titre « insulte » n’est pas volé mais c’est tellement drôle et rempli de moment de grâce que l’on ne peut que rire. On pourrait citer le dialogue irréel entre Mahler et Mme Goldgruber (certifiés véritables) mais aussi l’expérience de l’auteur comme dans un magasin de location de vidéo, ou encore… Non je vous laisse découvrir vous-même la suite.

Le dessin ? Anecdotique, très, très, très dépouillé, bref, si vous aimez le beau dessin, bien réaliste on en est loin ! Mais ça suffit pour faire passer le message et passer un bon moment.

Au bout du compte, une vision assez pitoyable de la place de l’auteur de BD dans le monde de l’art mais des instants inoubliables !

A lire : les deux très bon commentaires sur bulledair.com et la passionnante chronique de du9.org David Donnat

Old Boy

(scénario de Tsuchiya Garon, dessin de Minegishi Nobuaki, 8 volumes (série terminée), éditions Kabuto)

Ceux qui aiment le cinéma et suivent le festival de Cannes se souviennent sans doute de Old Boy , ce film coréen réalisé par Park Chan-Wook et grand prix à Cannes en 2004. Encensé pour son scénario et ses acteurs vous serez ravi d’apprendre que ce film est adapté du manga éponyme.

L’histoire est simple (a priori) : un homme est détenu pendant 10 ans dans une prison privée sans même en connaître la raison. Sa seule relation avec le monde est un poste de télévision. Un soir, il est relâché comme ça, sans aucune explication. Bien entendu, il décide de partir à la recherche du ou des responsables de cette « condamnation ». Très vite, un jeu étrange entre lui et ses ravisseurs se met en marche.

Pour ce manga, il y a deux sortes de lecteurs : ceux qui ont vu le film et les autres (dont je fais parti). Pour les premiers, attendez-vous à des surprises, pour les seconds accrochez-vous car voici encore un manga au scénario époustouflant ! Un thriller démoniaque où l’intrigue est distillé par petit bout, chaque fois faisant rebondir le lecteur vers une nouvelle interprétation. Vous avez aimé Monster, vous avez adoré Heads, vous ne lâcherez pas Old Boy avant la dernière page car ce sera pour vous le seul moyen d’en imaginer le dénouement.

Accompagné d’un dessin plaisant, rythmé, sobre mais efficace, ce manga m’a tout bonnement laissé sans voix !

A lire : la très bonne chronique sur krinein.com

A lire : la chronique du film sur filmdeculte.com

A lire : le site de Kabuto avec des extraits

David Donnat

L'info du jour Et puisque David vient de nous parler de manga, sachez que les éditions AKILEOS ont eu la gentillesse de m'adresser un petit mail (et non Moma de BD News, il n'y a pas qu'Hervé Bourhis ou Pahé qui m'écrivent... et oui, j'me la pète un peu) pour m'informer du lancement d'une nouvelle collection : Tengai. C'est quoi Tengai. ? Le meilleur de la création américaine et coréenne au format manga. C'est AKILEOS  qui le dit et comme on a déjà lu I Luv Halloween (chroniqué le 11 novembre 2006 sur IDDBD), on les croit. A IDDBD, on a déjà repéré The Dreaming de Queenie Chan, 0/6 (Zéro/Six) de Youjoung Lee dont les tomes 1 sortiront en janvier 2007 (il faudra patienter jusqu'en mars 2007 pour le tome 2 de 0/6, et jusqu'en avril 2007 pour le tome 2 de I Luv Halloween ). Pour en savoir plus, allez sur le site d'AKILEOS, vous ne serez pas déçus !

L’info du jour

Vous avez lu hier la chronique d'IDDBD sur le tome 2 de Magasin Général. C'est l'album pour lequel nous avons voté sur l'excellentissime blog BD News qui organise actuellement une grande consultation auprès de ses lecteurs pour élire le meilleur album de 2006... Pour voter vous aussi, c'est là ! Vous avez jusqu'au 31 décembre...

Magasin Général T2 : Serge

(scénério et dessin de Loisel et Tripp, éditions Casterman) Sur ce coup là, IDDBD ne prend aucun risque à vous recommander (chaudement) la lecture de ce deuxième tome de la superbe série de Loisel et Tripp, Magasin Général... Tous les avis sont unanimes et ce serait bien le diable si vous trouviez quoi que ce soit à redire ! Allons ! Imaginez-vous bien blottis, au chaud, confortablement installé. Vous ouvrez votre BD. Prenez d'abord le temps d'admirer la carte de Notre-Dame-des-Lacs, ce minuscule village québécois où se déroule l'histoire émouvante concoctée par nos deux auteurs... Ca y est, vous y êtes. En 1928, au Québec. Vous cotoyez les Archambault, les Ouellette, les Roberge, Gaëtan, Monsieur le Curé, Noël et les autres. Et Marie, la jeune veuve qui a hérité du Magasin Général de Notre-Dame-des-Lacs. Et Serge, le "survenant" des premières neiges. A peine quelques pages et vous ne pourrez plus quitter ce petit monde tendre, attachant. La neige et le froid sont là mais les coeurs (dont le vôtre) palpitent d'une douce chaleur. Vous faites désormais partie de Notre-Dame-des-Lacs... A relire : la chronique d'IDDBD sur le premier tome du Magasin Général A lire : pour en savoir plus sur le Magasin Général sur krinein.com A lire : la fiche de la série sur le site de Casterman

L’info du jour

Vous savez qu'IDDBD est fan du travail de Romain Hugault dont on a chroniqué les deux premiers albums (Le Dernier Envol et Au-delà des nuages, chez Paquet). Autant vous dire qu'on ne ratera pas ses Pin-up wings ! C'est quoi çà ? Juste un album de dessins de Romain Hugault dans un tirage limité à 1'000 exemplaires. Vous pouvez les pré-commander jusqu'au 15 janvier pour la modique somme de 25€ (attention offre valable dans la limite des stocks disponibles !) Pour toute commande un Ex-libris signé vous sera offert!! Attention cet album n'est disponible à la vente que sur le site des éditions Paquet.