Satsuma, l’honneur des samouraï

(scénario et dessin de Hiroshi Hirata) 1753, Japon. La plupart des samouraï de la province de Satsuma vivent dans la misère. Les mœurs et les caractères sont rudes et la vie des plus misérables est faite d’injustices. Un jour, le shogun (l’équivalent du premier ministre) demande à la province d’accomplir des travaux de renforcement des digues d’une région voisine victime des crus d’un fleuve. Manœuvre politique pour affaiblir davantage Satsuma, les samouraïs hésitent entre déshonneur (accepter de travailler comme manœuvre) et révolte. Satsuma, l’honneur des samouraï est un classique du gekiga.  Loin des normes du manga, ce genre s’attache à restituer le mieux possible la vie quotidienne et la réalité des faits. En lisant les annexes à la fin de chaque tome on s’aperçoit de l’énorme travail de documentation effectué par Hiroshi Hirata. Grand avantage de ce genre, ils cassent les images romantiques répandues en Europe à propos des guerriers japonais. Rude, violent, fier parfois (souvent) à l’excès, ce manga traduit une réalité peu commune et conte l’histoire d’un drame, le sacrifice de milliers de samouraï venus porter secours à des populations sinistrées.   Toutefois avertissement : la réalité relatée au cours de cette histoire est sans détour. Ainsi on découvre un univers ultraviolent où le moindre problème se règle le sabre à la main. Si certaines images pleines pages sont véritablement des chefs d’œuvres, d’autres sont véritablement crue(lle)s. Le tout premier chapitre ouvre bien le débat. L’auteur y décrit un rite où une armée de samouraï se disputent le foie d’un condamné à mort, ce n’est à mon avis pas le meilleur choix pour donner envie de lire la suite, mais bon, je ne suis pas mangaka…   Cependant à côté de cela, il y a des histoires touchantes et profondes faisant de ce manga une super lecture (en particulier dans les tomes 4 et 5). En revanche, à éviter pour les âmes trop sensibles !     David Donnat     A lire : la très bonne critique sur benzinmag.net    L'info du jour Après l'excellente chronique de David (ben quoi ? on a le droit d'être fier des chroniqueurs d'IDDBD quand ils sont bons, non ?), nous restons dans la BD asiatique. Et pour cela, rien de mieux que de se rendre à Saint-Malo... A Saint-Malo ? Et ouais ! Du 3 au 5 novembre, c'est le festival Quai des Bulles à Saint-Malo. Vous pourrez y rencontrer 23 auteurs des éditions Paquet dont deux coréens : Park Hee Jung, l'auteure de Fever et d'Hotel Africa, et Hong Jong Hyun, l'auteur de TaeGuk (le tome 4 sortira à Saint-Malo !). Stan Sakaï, le célébrissime (et génialissime) auteur de Usagi Yojimbo, le lapin samouraï (le tome 9 sortira fin octobre...), sera également présent au sein du team Paquet ! Alors, où qu'on va du 3 au 5 novembre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *