Démonax

(dessin et scénario de Fabrice Erre, éditions 6 pieds sous terre) Depuis peu, IDDBD a planté ses gaules en terre catalane, près de Perpignan. Du coup, on s'intéresse aux auteurs du coin (ça tombe bien, ils ne sont pas super nombreux...). Et parmi ces auteurs, il y a Fabrice Erre. "Et alors ?", direz-vous. Et alors, Fabrice Erre est l'auteur de Démonax, une BD (un premier album) comme on les aime ici. De l'humour (qui fait rire), de l'action (qui bouge), une histoire (qui se tient). Du plaisir et un bon moment en perspective quoi... Des fois, juste ça, ça fait du bien, non ? Et l'histoire ? Hou là ! Pour ça, il vaut mieux laisser parler le pitch des éditions 6 pieds sous terre (il faut bien qu'elles bossent pour quelque chose, non ?) : "Démonax est le plus grand bandit de l’univers. Après sa disparition mystérieuse à Paris, il est recherché par un policier fatigué de sa propre médiocrité, un journaliste belge en quête d’actions héroïques et un malfrat jaloux accompagné de toute sa bande. Nul ne se doute que Démonax est tombé aux mains d’un savant fou préparant des expériences indécentes et servant sans le savoir un obscur complot contre la République. Paris tremble ! L’insaisissable Démonax échappe toujours à la police française. Le commissaire Lepitre s’arrache les cheveux à tenter d’élaborer des plans pour capturer l’ennemi public n°1. De son côté, le jeune journaliste belge Martin arrive à Paris pour enquéter sur ce mystérieux bandit. De son côté, le terrible chef de gang Ivanovitch enrage d’être de fait, relégué à une place de vulgaire bandit de seconde zone. Il doit frapper fort pour retrouver le premier rang. De son côté, le professeur Glucol, savant vendu au plus offrant, mijote un plan infaillible pour greffer les cerveaux et parvenir à des fins pour le moins troubles. De son côté, Monsieur Oscar, Baron de Saqueressac et ministre de l’Intérieur, se voit confier par le Président la supervisation des opérations de police. Mais Monsieur Oscar semble jouer un double, voire un triple jeu... De son côté, sa Majesté aimerait bien remonter sur le trône de France... De son côté, une pulpeuse créature, en stase dans un immense tube de verre, attend d’être ramenée à la vie." A lire : sept planches de Demonax

Une réflexion au sujet de « Démonax »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *