Le désespoir du singe – Tome 1 : La nuit des lucioles

(scénario de Jean-Philippe Peyraud, dessin d'Alfred, couleurs de Delf, collection Conquistador, éditions Delcourt) A priori, le dessin d'Alfred pourrait laisser croire que Le désespoir du singe est une BD sinon légère, du moins comme il en existe tant d'autres, principalement teintées d'aventures. Mais l'histoire concoctée par Jean-Philippe Peyraud dément rapidement cette première impression. De l'aventure, certes, il y en a. Mais quelle maestria dans le scénario, quelle maîtrise de la narration, quelle maturité dans la mise en mouvement des personnages ! Et du coup, comme par un effet de balancier, on en revient au dessin. Et l'on apprécie alors toute sa profondeur, sa subtilité, son "expressionnisme" en même temps que la maîtrise du trait, du rythme, des points de vue ! Le désespoir du singe est un album d'un équilibre parfait entre le scénario et le dessin quise nourrissentl'un l'autre, se répondent, s'acoquinent. Messieurs Peyraud et Alfred : chapeau ! Ce premier tome laisse présager un grande, grande série incontournable ! L'histoire, c'est celle de Josef Setzner, fils d'un fabricant d'éponges établi sur les quais d'un port de pêche imaginaire, sur les bords d'une mer imaginaire, longeant les côtes d'un pays imaginaire. Ce qui l'est moins, imaginaire, c'est la situation du pays, verrouillé par une milice violente et omniprésente. Avec la bénédiction de son vieux père, Josef et sa fiancée Joliette doivent partir, passer la frontière pour démarrer une nouvelle vie loin des brimades de la dictature naissante. Mais, comme souvent, le destin va se charger de contrarier ces plans. Deux évènement vont l'y aider : la rencontre de Josef avec Vespérine, l'amie et le modèle d'Edith sa cousine et artiste peintre (qui plairait beaucoup à ma femme...), et l'attentat des Francs-Battants (la résistance) contre le Parlement. Et voilà notre Josef, jusque là indifférent à l'amour et à la politique, entraîné bien malgré lui dans un tourbillon incontrôlable... Allez, vous aussi lâchez prise et laissez-vous emporter par Le désespoir du singe... A lire : l'interview d'Alfred sur le BD blog de Sud Ouest A voir et à mater : cinq planches à partir de la fiche album sur le site des éditions Delcourt

Une réflexion au sujet de « Le désespoir du singe – Tome 1 : La nuit des lucioles »

  1. Petit complèment pour Peyraud<img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=c9471dcc6ce724a98bd6f01a1267323c&size=40"&gt; Si vous aimez les scénarios de Peyraud, ce dernier a signé deux petits bijoux assez peu connu:- Grain de beauté [trois variations] chez Treize Etranges. En résumé (rapide), le postulat de départ est simple : un homme compte les grains de beauté sur le corps de son ex-petite amie un soir où ils se sont retrouvés par hasard. Trois histoires, trois résultats différents et trois dialogues dans un huis-clos total. Une analyse fine et remarquablement dessinée des (diffiles) relations hommes-femmes.- et l'autre : La Bouche-sèche chez le même éditeur (je crois), une série de nouvelles parfois dures, drôles et toujours tendre sur des situations difficiles de la vie… celle qui laisse "la bouche sèche". A lire pour l'été.(J'ai fini promis, je mettais juste mon grain de sel).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *