Slow News Day

(scénario et dessin d'Andi Watson, éditions Çà et là) Je suis fan de comédies sentimentales. Ne m'en voulez pas, je suis comme ça et je n'y peux rien. Je ne dis pas que des fois, je n'ai pas un peu honte mais dans l'ensemble, je ne m'en sort pas mal... J'aime surtout les comédies sentimentales anglo-saxonnes (américaines, anglaises, australiennes...). Elles ont chacunes leur charme particulier : ultra-prévisibles pour les premières, souvent plus sombres pour les secondes et totalement déjantées pour les troisièmes ! Avec Slow News Day, je suis particulièrement gâté puisqu'il y a un peu des trois dans cette BD. Hé oui, la bande dessinée sait aussi faire - avec talent - de la comédie sentimentale (vous ne croyez pas qu'il n'y a que des aventures de souris qui parlent ou de gros baraqués qui dégomment du troll à tous les étages quand même !). Certe, le scénario est classique et les situations parfois un peu caricaturales, mais les personnages sont attachants et se révèlent finalement moins stéréotypés qu'il n'y paraît de prime abord. Et puis, même si l'on se doute du résultat final, dans ce genre d'histoire, c'est aussi la manière de le raconter qui compte aussi. Et ça, Andi Watson sait indéniablement le faire. Hum... je vous sens tout de même impatients d'en savoir un peu plus, non ? Sans dévoiler toute l'intrigue, sachez que Katharine Washington, jeune écrivaine en herbe, débarque de son San Francisco natal pour faire un stage en Angleterre, au Wheatstone Mercury, un journal tout ce qu'il y a de plus local. La jeune américaine va y rencontrer Owen Holmes, un journaliste aguerri (donc cynique) et un peu désabusé. Bien entendu, Katharine et Owen ont chacun leur petit ami(e), respectivement Brett et Nicole. Ce qui est plutôt bien puisque les deux journalistes ne se supportent pas... Allez, sortez le pop-corn, préparez-vous la boisson que vous préférez, installez vous confortablement... La séance commence... A lire : la chronique (toujours bien...) de Vincent sur BDsélection.com A visiter : le site des éditions Ça et là qui nous livrent de bien belles petites perles en bande dessinées. Merci à eux... L'info du jour A l'occasion de la parution de Ruptures, Andi Watson sera en dédicace, samedi 17 juin, à la librairie Album Lafayette (Paris 9ème). Les rencontres/dédicaces auront lieu en début d'après-midi. Avant d'aller à sa rencontre, autant que vous en sachiez un peu plus sur lui. Andi Watson est né en 1969 à Wakefield (Angleterre). Il vit à Stoke-on-Trent (toujours en Angleterre) avec sa femme et sa fille. Après des débuts dans le jeu vidéo, puis un passage par le dessin animé, il se consacre à la bande dessinée à partir de 1993 avec Samouraï Jam . Il crée ensuite la série Skeleton Key puis Geisha , qui lui vaudra une nomination aux prestigieux Eisner Awards en 2000. Il est également l'auteur de plusieurs romans graphiques abordant avec finesse les relations entre hommes et femmes, dont Breakfast After Noon (nominé aux Eisner Awards en 2001), Slow News Day et Little Star (à paraître en septembre 2006 aux éditions Çà et là). Dans un registre moins intimiste, il travaille fréquemment avec Marvel, DC et Dark Horse Comics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *