Magasin général T1 : Marie

(scénario, dialogues et dessin de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp, adaptation des dialogues en québécois de Jimmy Beaulieu, couleurs de François Lapierre, éditions Casterman) En 1964, le poète et chansonnier québécois Gilles Vigneault écrivait puis chantait "Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'hiver". Certes. Mais désormais, c'est aussi le Magasin général de Loisel et Tripp. "Sacrilège !" dites-vous (surtout nos lecteurs du Québec...). Et bien non, pas du tout. Car le Magasin général de Loisel et Tripp est un bien bel hommage au Québec et à ses habitants, doublé d'une truculente chronique rurale et sentimentale (vous savez depuis hier que c'est là mon talon d'Achille...). D'abord, il faut savoir que depuis 2003, Jean-Louis Tripp partage l'atelier de Régis Loisel à Montréal. Outre qu'ils ont étroitement travaillé ensembles, les auteurs savent donc un peu de quoi ils parlent (pour des maudits français, s'entend...). Le produit de leur collaboration est vraiment époustouflant : les dialogues sont toujours justes (ni trop littéraires, ni trop exagérés) et les dessins sont simplement somptueux. Et d'un coup, c'est un morceau du Québec rural des années 40 qui vit sous nos yeux avec un réalisme incroyable... Il faut tout de même préciser que les dialogues ont été adaptés par Jimmy Beaulieu, un auteur montréalais pour être mieux compris de ces niaiseux de français sans pour autant perdre le sel du parler québécois. Bien sûr, ça aide... Résultat de toutes ces collaborations dont on sent bien quelles ont pour dénominateur commun d'être d'abord de vraies rencontres humaines : un somptueux premier tome d'une trilogie qui s'annonce comme un futur grand classique de la BD. Pour l'histoire, laissons parler (avec leur accent pointu...) les éditions Casterman (après tout, c'est leur boulot...) :"L’histoire de Magasin général se déroule dans un village du Québec rural à partir du début des années 40. Elle gravite autour d’un personnage féminin, Marie, veuve avant l’heure et héritière du principal commerce local (le « Magasin général » qui donne son titre au récit), que l’irruption d’un étranger dans la petite communauté va progressivement réconcilier avec le bonheur ; bonheur d’aimer, bonheur d’être aimé(e), mais pas exactement de la manière que l’on pourrait imaginer…". Allez, osez me dire que ça ne donne pas envie d'en découvrir plus... Criss ! A savoir : il existe un album, "L'Arrière boutique du Magasin général", qui dévoile sur 160 pages tous les petits secrets de fabrication de Loisel et Tripp. A découvrir sur le site des éditions Casterman. A visiter : le site touristique officiel du gouvernement du Québec (ce lien, c'est juste pour le plaisir tant le Québec est un beau pays et ses habitants de belles personnes...). L'info du jour : toi aussi, rencontre Lewis Trondheim demain ! Mais si tu peux le faire... Et en plus, il va pas te taper dessus... Sauf si tu l'énerves ou que tu t'appelles Michel-Edouard Leclerc... Sinon, pour les autres, sachez que Lewis Trondheim (Grand Prix à Angoulême tout de même... vous pourrez le glisser dans la conversation, ça fait toujours bien...) sera à la Bibliothèque Emile Zola de Montpellier à partir de 17h00 pour une rencontre-dédicace, demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *