Des baleines et des puces

(scénario et dessin de Fermín Solís, éditions Le potager moderne) En cette veille de mois de juillet, donc de grandes vacances pour certains d'entre vous (veinards !), voici une petite BD qui devrait étancher votre soif de lecture comme un cola bien frais, le soir, à l'ombre d'une terrase de bord de mer... (j'me fais du mal là...). Mais attention, "petite BD" ne signifie pas "bande dessinée insignifiante" (vous le savez bien si vous lisez IDDBD depuis quelques temps...) : sous la simplicité apparente du propos, les oeuvres de Fermín Solís ne sont jamais mièvres ou insipides mais pleine de sens et de subtilité. Et les destins qu'il nous conte dans les deux histoires et l'épilogue de Des baleines et des puces nous le confirment encore une fois de manière magistrale, mais sans tape-à-l'oeil ni effets de manche superflus. Oui, il est possible d'infléchir le cours de sa vie, de son destin, de ce qu'il paraît être écrit à l'avance... C'est ce qu'expérimenteront les deux personnages de Des baleines et des puces. Comme quoi, même en lisant une "petite BD", des fois, comme ça, comme on boirait un cola bien frais le soir à l'ombre d'une terrasse de bord de mer, on en ressort un tout petit peu plus grand... A lire : la chronique de Benoit Richard sur benzinemag.net A lire : la fiche de l'album sur le site des éditions Le potager moderne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *