Une aventure de Philibert : Dans l’cochon tout est bon

(scénario, dessin et couleur de Mazan, aux éditions Delcourt, 2000) Dans l'cochon tout est bon est le premier contact avec Philibert, un jeune homme bien sous tous rapports, y compris ceux de la police puisqu'il est médecin légiste de son état. Hum hum ! Cela laisserait-il présager des enquêtes policières particulièrement compliquées concernant des meurtres particulièrement tordus qui nécessiteraient l'intervention particulièrement efficace de notre Philibert pour être enfin résolues ? Au risque de vous décevoir, la réponse est particulièrement négative. En fait, la vie de Philibert s'étire de manière assez ennuyeuse, il faut le reconnaître, entre Mme Pougnet, sa logeuse, et son laboratoire de la Police Judiciaire de Francardie. De Francardie ? Oui, de Francardie. C'est tout l'art (lard) de Mazan que d'introduire une sorte de décalage dans la réalité (enfin, notre réalité...), des presque riens qui finissent par dessiner un monde doucement étrange et un peu destabilisant : un potager cultivé en douce à l'abri des radiations, la gargantuesque patrone de la boucherie Le Sanzot (bien vu...), l'usine de gélatine vendue au litre entourée de vaches folles à visages humains, la plage de Charançon-les-Pins qui borde une mer verte et bouillonnante (grâce à l'usine toute proche) et où des vendeurs ambulants  proposent de la viande hachée aux énormes touristes échoués là... Rien de surprenant donc dans la rencontre, sur cette même plage, de Philibert et de Léa, une étrange, végétarienne et anorexique jeune femme portant un masque à gaz... S'ensuit une tout aussi étrange histoire d'amitié puis d'amour entre cette artiste peintre et notre médecin légiste qui est un vrai régal pour nos papilles de bédéphiles gourmands ! Mazan est un poète surréaliste qui n'a perdu ni le sens des réalités ni son public : sa critique de notre société est toujours subtile (pollution, surconsommation...) et son histoire ne nous largue jamais (d'abord parce qu'elle tient la route et aussi parce qu'il y a une vraie progression narrative). Alors, c'est vrai que Dans l'cochon tout est bon est un peu destabilisant au départ, mais en fait on retrouve très vite son assiette. Le secret d'un tel équilibre ? Certainement l'humanité de Philibert, sorte de fil rouge qui nous empêche de céder au vertige quasi-onirique des premières planches... Bref, c'est bon Mazan, mangez-en ! A lire : la bio de Pierre Lavaud, alias Mazan, et la fiche-album sur le site des éditions Delcourt (à noter : Mazan est aussi le dessinateur d'un Donjon Monster, Jean-Jean laTerreur, également chez Delcourt...) A lire : le blog de l'Atelier Sanzot dont Mazan est l'un des membres fondateurs A visiter : le site de l'Atelier Sanzot A lire : l'analyse d'une de ses planches (celle qui est reproduite plus haut) par Mazan him-self

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *