L’homme qui marche

(scénario et dessin de Jirô Taniguchi, aux éditions Casterman) Samedi dernier, IDDBD vous invitait à découvrir Le journal de mon père de Jirô Taniguchi, que nous considérons comme un pur chef d'oeuvre. Cette semaine, ne passez pas à côté de L'homme qui marche. Ou plutôt, suivez-le sans hésiter... Il vous embarquera pour une ballade très poétique que vous n'êtes pas prêt d'oublier. En quelques chapitres, sans pratiquement aucun dialogue, cet homme qui marche vous éblouira par sa capacité à regarder le monde qui l'entoure pour y déceler les petites choses qui procurent de belles émotions et un bonheur serein... Une cassette vidéo oubliée près d'un cerisier en fleur, une pluie qui le surprend sur le chemin qui le ramène chez lui, un coquillage déterré par son chien et un millier d'autres situations en apparence anodines l'embarque au pays du rêve éveillé. Et pour lui, comme pour nous, c'est l'illumination de l'âme. Comme à son habitude, Jirô Taniguchi nous livre un album sensible et intelligent, au rythme lent et au trait toujours aussi sublime.  Encore un moment de grâce à déguster avec sérénité au milieu de l'agitation du monde... A lire : le pitch sur le site Casterman "Qui prend encore le temps, aujourd’hui, de grimper à un arbre, en pleine ville ? D’observer les oiseaux, ou de jouer dans les flaques d’eau après la pluie ? D’aller jusqu’à la mer pour lui rendre un coquillage dont on ne sait comment il est arrivé chez soi ? L’homme qui marche, que l’on apprend à connaître à travers ses balades, souvent muettes et solitaires, rencontre parfois un autre promeneur avec qui partager, en silence, le bonheur de déambuler au hasard." A lire : la belle chronique de BD Sélection (signée Audrey)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *