Azrayen’

(scénario de Franck Giroud, dessin de Christian Lax, aux éditions Dupuis, collection Aire Libre) Les bandes dessinées sur la guerre d'Algérie sont relativement peu nombreuses. Azrayen' est l'une des plus fortes et des plus belles qu'il nous ait été donné de lire sur le sujet. Le scénario de Franck Giroud, basé sur les souvenirs de guerre de son père, est aussi profond et intelligent que les dessins de Christian Lax sont magnifiques. Les talents respectifs de ces deux auteurs nous entraînent en Kabylie, en 1957, au contact des hommes et des femmes qui ont participé, chacun à leur manière et chacun avec leurs motivations propres, au conflit algérien. C'est moins une leçon d'histoire que nous font Giroud et Lax (même si l'on en apprend beaucoup sur cette guerre) qu'une belle leçon d'humanité. A ce niveau, personne ne peut contester que la BD est non seulement un art mais aussi un puissant instrument de culture et donc de compréhension entre les peuples... Pour vous donner définitivement envie de lire Azrayen', voici le pitch publié sur le (très bon) site Bulle d'Air : "Algérie 1957. Au cœur de la guerre qui oppose l'armée française aux rebelles luttant pour l'indépendance de leur pays, un événement préoccupe au plus haut point l'état-major français : une section de vingt-deux hommes a disparu, avec armes et bagages, depuis deux semaines. Cette section, composée de harkis, ces Algériens enrôlés dans l'armée française, est commandée par le lieutenant Messonnier. Le capitaine Valéra, chargé de retrouver Messonnier et sa section, mène son enquête dans les montagnes kabyles, là même où la section s'est évanouie. Messonnier et ses hommes sont-ils passés à l'ennemi ? Ont-ils été exterminés par les groupes armés du F. L. N., le Front de Libération Nationale algérien ? Messonnier a-t-il été trahi par son second, Mohan Djeddar, qui fut un militant du F. L. N. avant de rejoindre l'armée française ? Étrange personnage que ce Messonnier. Surnommé Azrayen', l'Ange de la Mort selon les croyances populaires kabyles, Messonnier a été l'amant de Takhlit Allilat, une jeune institutrice berbère. Pour le capitaine Valéra, le témoignage de Takhlit est donc des plus précieux s'il veut avoir une chance de retrouver Messonnier. Et bien malgré elle, Takhlit participe aux recherches." A lire : les excellentes critiques (comme d'habitude...) de Marie sur sceneario.com (tome 1 et tome 2) A admirer : la couverture de l'édition intégrale (à gauche) et les superbes planches de Lax (ci-dessous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *