Chronique | Helldorado

(scénario de Jean-David Morvan et Miroslav Dragan, dessin d'Ignacio Noé, aux éditions Casterman, collection Ligne d'Horizon) Les jours se suivent et ne se ressemblent pas sur IDDBD ! Hier, c'est un manteau de neige qui nous recouvrait, plein d'amour et de tendresse. Hier, c'était Blankets de Craig Thompson, chez Casterman Ecritures. Aujourd'hui, nous sommes toujours chez Casterman, mais nous changeons de collection... Et çà, ça change tout ! Aujourd'hui, c'est chaleur et moiteur tropicale pour tout le monde, et pour l'amour et la tendresse, il faudra repasser ! Aujourd'hui, IDDBD vous souhaite la bienvenue dans l'enfer d'Helldorado ! Helldorado nous entraîne au XVIIème siècle, sur Santa-Maladria, une petite île de la côte atlantique du contient sud-américain (ne la cherchez pas sur une carte, elle a heureusement disparue depuis...). Les conquistadores espagnols, menés par le monstrueux Capitan, sont bien décidés à s'implanter dans cette terre du bout du monde. Bien entendu, ils ne reculent devant rien : expéditions militaires et exécutions sommaires des populations indigènes sont leur quotidien. Quant aux indiens Syyanas, ils paraissent bien décidés à refouler à la mer ces "peaux blanches". Leurs cités et leurs puissants guerriers ont encore belle allure... Helldorado aurait pu en rester au classique affrontement entre conquistadores et indiens. Sauf qu'un troisième protagoniste s'est invité au banquet sauvage sur l'île de Santa-Maladria : la maladie... une maladie si terrible que les espagnols et les indiens refusent de lui donner un nom... Au travers des destins croisés de deux jeunes indiens orphelins et abandonnés de tous, Hutatsu et Dathcino, et du Capitan, militaire cruel dont un lourd passé de relaps semble écraser la conscience, Helldorado est une fresque flamboyante, sans angélisme, sans manichéisme et sans cynisme : les auteurs dépeignent une violence omniprésente dans les deux camps, certes sous des formes différentes, et une maladie qui décime indistinctement indigènes et colons. Le scénario de Jean-David Morvan et Miroslav Dragan est impeccable et nous accroche dès les premières cases pour nous laisser, halletants, à la dernière. Le dessin d'Ignacio Noé est superbe et colle parfaitement à l'histoire (un petit coup de coeur pour les planches 17 et 18 !). Un petit bémol sur la façon de s'exprimer de Dathcino (que l'on croirait parfois sorti d'une cité... mais pas maya !) mais l'ensemble reste très très bon. Ce tome (intitulé Santa-Maladria) est le premier d'une série extrêmement prometteuse et que nous suivront avec intérêt sur IDDBD ! Ah oui, j'oubliais... Helldorado ne sortira que le 10 avril prochain ! Alors ? Et bien, il suffit de le lire en ligne, sur le site des éditions Casterman (vous vous doutez bien qu'IDDBD ne vous aurait pas proposé une BD que vous ne pouviez lire par vous même ! Allons ! Soyons sérieux !). Pour cela, inscrivez-vous au Club Casterman (il vous suffit d'indiquer une adresse e-mail et de choisir un mot de passe...) et accédez à la prépublication intégrale d'Helldorado (rubrique BD Zine). Voilà... Bonne découverte et bonne lecture à tous ! A dévorer : le premier tome d'Helldorado sur le site Casterman A lire : la fiche consacrée à Helldorado

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *