Chronique | Cuervos

Cuervos (scénario et couleurs de Richard Marazano, dessin de Michel Durand, aux éditions Glénat, collection Grafica) Autant vous prévenir tout de suite, le premier tome de la série Cuervos ("corbeau" en espagnol) n'est pas une BD légère. Il nous entraîne en Colombie, à Medellin précisément, au pays des cartels de drogue et des gosses abandonnés des "quartiers". Cuervos, c'est l'histoire de Joàn, l'un de ses gosses des rues, écartelé à 10 ans entre Miguel, un travailleur social qui tente tout pour l'aider à sortir de sa condition, ses potes accros à leurs sacs de colle (le pathétique Armi et les autres), et une mère célibataire qui fait ce qu'elle peut pour ne pas sombrer... Et puis un jour, il y a Ernesto, un tueur à gage qui lui ressemble étrangement, et qui va lui proposer son premier contrat... Cuervos est un album violent et tragique comme une pièce de Shakespear. Intelligent et beau comme du Steinbeck. Il ne juge pas. Il dénonce. Non pas le "pourquoi" des choses  mais leur "comment". Comment un gamin de 10 ans perd son innocence et comment d'autres en meurent. Mais Cuervos est aussi une mise en garde si nous continuons à vouloir fermer les yeux sur certaines réalités du monde. Comme le dit le  proverbe espagnol : Cria cuervos y te comeran los ojos (Elève des corbeaux et ils te mangeront les yeux)... Graphiquement, ce premier album est magnifique. Moins pour le trait en lui-même d'ailleurs que pour les points de vues vertigineux dessinés par Michel Durand, qui nous obligent tour à tour à vivre les émotions des personnages ou à rester impuissants face à leurs drames. Dans les deux cas, son dessin est très efficace... Les deux autres tomes sont à la hauteur du premier : ils nous collent à Joàn dans son ascenscion sociale et sa déchéance morale. Impressionnant. Le quatrième tome doit normalement arriver le 29 mars prochain (toujours aux éditions Glénat). Ca vous laisse encore quelques semaines pour plonger vous aussi dans l'enfer de Medellin... A lire : la fiche consacrée à la série "Cuervos" sur le site des éditions Glénat A voir : le documentaire "Carlitos Medellin", sorti en 2004, sur la vie d'un gosse qui lutte pour sauver son quartier de la violence avec pour seule arme... une statue de Sainte Vierge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *