Chronique | Donjon Zenith

(éditions Delcourt) ... Donjon, la suite Dans la chronique de samedi dernier (4 février 2006), IDDBD vous expliquait la genèse de la tentaculaire série Donjon, initiée par Joann Sfar et Lewis Trondheim en collaboration (oserons-nous dire en Association ?) avec de nombreux autres dessinateurs (Blain, Larcenet, ...). Pour vous rafraîchir la mémoire, jetez donc un coup d'oeil au dessin ci-contre (cliquez pour l'agrandir). Aujourd'hui, IDDBD vous entraîne dans le Donjon, époque Zénith. Là, on est en plein heroic fantasy et moins dans l'introspection, bien que les personnages soient parfois atteint de sentiments très humains (ah ! l'amour !). Au fait, qui sont-ils ces personnages ? D'abord, le Gardien, un oiseau âgé et assez taciturne. C'est le patron du Donjon géré comme un véritable business. Viennent ensuite ses deux principaux employés :  Herbert, un canard légèrement pleutre (du moins au départ), et son ami Marvin, un robuste dragon qui n'a peur de rien (lui) mais que sa religion interdit d'occire ceux qui l'insultent (par contre, gare aux autres !). La série Donjon Zenith nous fait vivre leurs aventures trépidantes : chasse aux ectoplasmes encapuchonnés (tome 1 : Coeur de canard), initiation à l'art subtil (sic !) du combat (tome 2 : Le roi de la bagarre), quête héroïque (gloups !) pour libérer une princesse (tome 3 : La princesse des barbares), et enfin une grande aventure digne de l'équipe de "bras cassés" du donjon qui va les mener jusqu'à Cochonville pour y chercher en vrac un bébé dragon d'eau, une robe de mariée et un oeil de géant (!!!). Pour accompagner Herbert et Marvin, et peupler le Donjon (tout de même), Sfar et Trondheim nous ont concocté une galerie de seconds rôles de très grande qualité : Horous (officiellement taumaturge, mais véritable boucher dans la réalité...), Alcibialde le magicien (au secours !), Zongo le barbare sanguinaire (dont le QI doit être très très inférieur à 0) et Gros-Gros (qui comme son nom l'indique, n'est pas spécialement mince du fait de son féroce appétit)... Bref, entre les scénarios, les personnages, l'ambiance et le dessin, Donjon Zenith, c'est ENORME ! Samedi prochain... Donjon Parade ! Vous aimerez Donjon Zenith si vous aimez : rire (finement), vous fendre la gueule (des fois au sens littéral...), vous bagarrer (hé ! pour de faux !), l'heroic fantasy (légère et gaie...), les monstres (pas trop méchants quand même), les donjons sombres et plein de pièges (là, vous êtes graves !) A lire : les quatre tomes de Donjon Zenith, le coeur de la série A visiter : le site des éditions Delcourt (et surtout les fiches conscrées à Donjon)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *