Chronique | Rapaces

(scénario de Jean Dufaux, dessin d'Enrico Marini, aux éditions Dargaud) Si vous pensez qu'il est temps que Papy Dracula rejoigne sa maison de retraite roumaine (au lieu de tenter de pénétrer les chambres de jeunes femmes en chemises de nuit), ou que Buffy devrait faire du shopping avec ses copines de classe (plutôt que de chasser le grandguignol dans les couloirs de son lycée), alors Rapaces est fait pour vous ! Vous voulez du vampire, vous allez en avoir pour votre argent ! Mais attention ! Cette série de quatre tomes n'est pas à mettre entre toutes les mains : mieux vaut avoir au moins 16 ans pour s'y plonger (mince, en disant ça, je suis sûr de rameuter tous les boutonneux à partir de 11 ans...). Justement parce qu'on n'est pas dans du Dracula gominé en noir et blanc ou du Buffy formaté "pré-ados" : les Rapaces en question sont des bêtes (enfin, des vampires...) assoiffées non seulement de sang mais surtout de vengeance, donc de violence... et de sexe (je vous l'accorde, il n'est pas évident de prime abord de comprendre la logique de Dufaux et Marini...). Certes, on peut ne pas aimer. Mais à IDDBD, on aime Rapaces. On aime son intrigue, facile à suivre (ce qui n'est pas nécessairement un défaut... on peut aussi varier les plaisirs en BD, non ?), bien ficelée et bien rythmée (parfois, au sens litéral des termes...). Alors, de quoi s'agit-il ? En deux mots, un frère et une soeur vampires, Drago et Camilla Molina, se vengent aujourd'hui de leurs congénères qui ont autrefois tué leurs parents. Devant l'accumulation des cadavres qu'ils laissent derrière eux, un couple de flics, Vicky Lenore et l'inspecteur Spiaggi vont leur donner la chasse. Du moins jusqu'à l'irruption d'un autre personnage important, Aznar Akeeba... Quant au dessin de Marini, il n'y a que deux mots à en dire : superbe (le trait, les couleurs...) et époustouflant (le rythme, la mise en scène...) ! Bon d'accord, les plastiques féminines sont un peu outrées. Mais vous êtes marrants vous ! Cela fait aussi partie de la loi du genre, que diable ! Croyez-vous que lorsque Papy Dracula glissait jusqu'au lit des jeunes femmes pour leur trouer le cou, les critiques de l'époque ne trouvaient pas cela (délicieusement) scandaleux ? Si bien sûr ! Alors... En définitive, à IDDBD, on a aimé Rapaces qui est une belle série, agréable à lire... A visiter : le superbe site dédié à la série A déguster (en frissonnant) : la très bonne critique du site vampire-fr.com A voir : quelques visuels de la série

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *