Chronique | Isaac le Pirate

(scénario et dessin de Christophe Blain, couleurs de Walter et Yuka, aux éditions Dargaud, collection Poisson Pilote, 2001) La série Isaac le Pirate est l'occasion de faire le point sur un sujet qui peut dérouter le néophyte : le dessin d'une bande dessinée doit-il être "beau" ? Sans hésiter, la réponse est "oui, évidemment", s'agissant d'une oeuvre d'art (car n'en déplaise aux esprits chagrins, la BD est un art à part entière, et non des moindres...). Pour autant, le trait, le dessin doit-il être nécessairement "académique" pour être beau. Et avec le même aplomb, IDDBD répond "non, évidemment". Comment ça "évidemment" ? Pour simplifier à l'extrême (les spécialistes vont lancer un "contrat" sur ma tête), la BD se divise en deux catégories, selon le genre de dessin utilisé : d'un côté la BD "académique", de l'autre la BD "expressionniste". Même si les styles peuvent être très différents d'un dessinateur à l'autre, la première catégorie utilise un trait classique, de celui dont on peut dire immédiatement "ouah, le mec, y sait dessiner, la vache" (c'est une image : les dessinateurs savent généralement dessiner autre chose que des vaches...). On peut classer dans cette catégorie des bandes dessinées comme Blacksad, Où le regard ne porte pas, Le Marquis d'Anaon, Cuervos, Rapaces ou Luuna pour reprendre des exemples de BD qu'IDDBD a récemment chroniqué. Pour enfoncer le clou, des BD telles qu'Astérix, Tintin ou Lucky Luke sont emblématiques du genre. La deuxième catégorie utilise un trait moins conventionnel et des formes graphiques plus originales, plus détachées de la contrainte immédiatement esthétique au profit de l'expression des personnages, des sentiments, du mouvement, etc... Le néophyte identifie facilement ce genre (par opposition à ce qu'il connaît déjà visuellement de la BD), et rajoute souvent des commentaires du style "Peuh, trop naze, mon neveu de 5 ans dessine pareil". Outre qu'il est grammaticalement incorrect, cet avis dénote un esprit fermé qu'IDDBD se propose d'ouvrir, à grand coup de claques s'il le faut... (bien entendu, c'est une image... quoique...). On peut classer dans cette catégorie des bandes dessinées comme Lincoln, la série Donjon, le Combat ordinaire, ou les Imposteurs pour reprendre encore une fois des exemples dont IDDBD a récemment parlé. Incontestablement, Isaac le Pirate appartient à cette deuxième catégorie. Il en est même emblématique. Si vous débutez en BD, ne vous laissez pas rebuter par un dessin auquel vous n'êtes pas habitués mais qui se révèle d'une justesse incroyable. C'est déjà ce que je vous conseillais pour les Imposteurs. Par nature, la BD est un art qui mêle inextricablement le trait et l'écrit. Dans la BD expressionniste, cette définition prend encore plus de son sens. Aussi laissez-vous emporter par Isaac le Pirate, jeune peintre du XVIIIème siècle embarqué presque malgré lui par un étrange médecin dans le monde de la piraterie, loin de sa belle fiancée Alice. Des Caraïbes aux glaces de l'Antartique, il y rencontrera des personnages hauts en couleur mais toujours très humains, très vrais : Jean Mainbasse, le Baril, la Teigne, Jacques (dont il deviendra l'ami que nous retrouverons dans tous les autres épisodes). Il y vivra aussi des aventures palpitantes, mêlant action et philosophie, amitié et amour... Isaac le Pirate, c'est beau, c'est intelligent, c'est sensible ! Le trait de Christophe Blain traduit parfaitement les sentiments, les ambiances, l'action... Son scénario est impeccable, plein des rebondissements que l'on est en droit d'attendre d'une grande fresque romanesque, et plus encore (Alice succombera-t-elle ?). N'hésitez pas une seconde et lancez-vous à l'abordage des 5 tomes actuellement disponibles ! Isaac le Pirate est un trésor de la BD (et même pas enterré avec ça !). Vous aimerez si vous aimez : les vraies histoires de pirates (ah les scènes d'abordage ou de combat), les vraies histoires d'amour et d'amitié (nous suivons, en parallèle la vie d'Alice et celle d'Issac...). A lire (avant de partir à l'abordage) : les cinq premières planches des tomes 1 (Les Amériques), 2 (Les glaces), 3 (Olga), 4 (La capitale) et 5 (Jacques), disponibles sur le site Poisson Pilote (ne ratez pas les galeries d'images, superbes !). A lire (en escale) : les interviews de Christophe Blain sur bdparadisio.com et sur artelio.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *