Interview : Hervé Bourhis et Rudy Spiessert (I)

Ecrits et chuchottements Le 16 février dernier, IDDBD vous faisait découvrir un nouvel album fraichement débarqué dans les bacs en même temps qu'un petit viking malingre mais malin comme un singe : Ingmar. IDDBD vous disait tout le bien qu'il pense du premier tome d'une série qui promet d'être l'une des meilleures de sa catégorie. Ses auteurs, Hervé Bourhis et Rudy Spiessert, ont eu la gentille de nous en apprendre un peu plus sur Ingmar et sur eux-même. Interview... IDDBD : Ingmar n'est pas votre première collaboration (voir notamment la série Le Stéréo Club chez Dargaud). Comment vous êtes-vous rencontrés ? Hervé : On était dans la même école de graphisme, à Tours. Il était le meilleur de la promo, on avait des amis communs mais moi je ne l'aimait pas trop. Parce que je le trouvais hautain. Et puis, c'était le meilleur alors j'étais jaloux. Et puis 5 ou 6 ans après on s'est croisé dans le métro à Paris et on a repris contact. On avait changés tous les deux et on faisait le même métier à cette période là, du design de site web. Rudy : Doué et hautain ? c'est drôle moi je te trouvais branché et snob. On devait être des chics types à 20 ans... IDDBD : Question classique : comment est née l'idée d'Ingmar ? Hervé : C'est Rudy à la base. Vas-y, raconte. Rudy : Une Walkyrie m'a parlé dans mon sommeil, au matin j'ai fait un dessin qui est à peu près celui de la couverture. Le petit viking était là et il s'appellait déjà Ingmar. Je l'ai envoyé à Hervé, ça l'a rendu tout fou et il a très vite écrit un premier jet de l'histoire. C'est très spontané tout ça finalement. IDDBD : La saga d'Ingmar est-elle déjà planifiée ? Ou laissez-vous les dieux (y compris le dieu maigre) vous guider ? N'hésitez pas à nous mettre l'eau à la bouche pour le prochain tome... Hervé : Le tome 2 est écrit, j'ai le principe du 3. La deuxième histoire a pour titre de travail "tête noire", c'est la suite directe du premier album, Ingmar escorte la nièce du moine irlandais au couvent. Mais un être étrange rode autour du campement une nuit. Des têtes de poules sont clouées sur la cariole... Du suspense, de l'humour, des lacs, du sexe, des réflexions folles sur la religion, tout cela pour moins de 10 euros. Sortie prévue janvier 2007. IDDBD : Encore un an ! Bon ben, on attendra le coeur battant ! Tiens, en parlant de coeur qui bat, donc de rythme, donc de musique (oulala la transition !), la musique a disparu dans Ingmar (par rapport à vos précédents albums), en revanche les interrogations métaphysiques sont plus présentes et plus explicites que dans vos précédents albums. Ingmar, c'est un virage ? Une évolution ? Hervé : On voulait faire une série franco belge classique d'humour et d'aventure telle qu'on pouvait la trouver dans le catalogue Dupuis en 1965 (avec un ton contemporain évidemment). Le rapport à la spiritualité dans cette série est la réaction directe au retour actuel du religieux sur cette planète, qui personnellement me fait froid dans le dos, étant un laïc forcené qui considère que la religion doit rester dans la sphère privée. On en est loin actuellement, il suffit de lire les journaux... ou certaines bandes dessinées actuelles... À l'époque d'Ingmar le rapport au spirituel était évidemment différent, mais j'aime bien placer des éléments ou reflexions plus contemporains. Le plus absurde étant que pour parler de mon désintérêt pour les religions, je passe mon temps à lire des bouquins sur les religions. C'est du masochisme. A lire (demain) : la suite de l'interview avec une surprise comme on les aime bien... A relire (de suite) : la chronique d'IDDBD consacrée à Ingmar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *